Alstom : quelles pistes pour sauver le site de Belfort ?

Margaux Mannière se trouve devant le ministère des Transports, afin d'évoquer l'avancée des négociations dans le sauvetage du site d'Alstom de Belfort.

France 2

Le gouvernement veut garnir le carnet de commandes d'Alstom, mais quelles sont les pistes ? "Il y a trois principales pistes, et le gouvernement fait pression sur les entreprises publiques, notamment sur la SNCF", explique Margaux Mannière, devant le ministère des Transports. En jeu, le renouvellement possible de six rames sur la ligne Paris-Turin. Le secrétaire d'État aux Transports l'a précisé : si Alstom gagne, cela représente au moins 10 mois d'activité pour Belfort.

La concurrence fait moins cher

Autre piste, la RATP qui doit acheter 12 locomotives. Enfin dernière piste, un méga contrat de 3,5 milliards d'euros pour la nouvelle génération de RER. Mais ces contrats ne sont pas gagnés, Alstom n'est pas le seul sur les rangs et de l'aveu même du secrétaire d'État, les concurrents étrangers sont souvent moins chers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le constructeur ferroviaire Alstom prévoit une fermeture du site de Belfort d\'ici à 2018.
Le constructeur ferroviaire Alstom prévoit une fermeture du site de Belfort d'ici à 2018. (SEBASTIEN BOZON / AFP)