Risques de coupures d'électricité : Emmanuel Macron fustige "les scénarios de la peur"

Le président de la République a réagi mardi matin, en marge du sommet UE-Balkans, aux annonces faites ces derniers jours sur de possibles coupures d'électricité cet hiver.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron s'adresse à des journalistes à Tirana (Albanie), en marge en marge du sommet UE-Balkans. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Nous allons tenir cet hiver." Le président de la République a vivement critiqué, mardi 6 décembre, "les scénarios de la peur" alors qu'il était interrogé sur les risques de coupures d'électricité au cœur de l'hiver en France. "Ce débat est absurde, le rôle des autorités publiques, ce n'est pas de transmettre la peur", a déclaré Emmanuel Macron dans une brève déclaration à la presse, depuis l'Albanie, en marge du sommet UE-Balkans.

>> Va-t-on manquer d'électricité cet hiver ? Suivez notre "météo" du réseau électrique

Elisabeth Borne a adressé une circulaire aux préfets pour faire le point sur la conduite à tenir en cas de coupures de courant volontaires cet hiver. Ce plan entend anticiper et préparer les départements à d'éventuelles délestages programmés. Il s'agit d'éviter la panne générale, le black-out, et de garantir la sécurité des biens et des personnes.

Elisabeth Borne épingle des "propos maladroits"

Laurent Méric, porte-parole d'Enedis, a déclaré lundi soir que des coupures pouvaient toucher des "personnes à haut risque vital". Ces dernières "ne font pas partie des clients prioritaires définis par les préfectures", a-t-il affirmé. Une sortie qui a agacé la Première ministre, a rapporté BFMTV, le lendemain. "On ne va évidemment pas laisser des gens en situation de santé complexe dans cette situation. On les répertorie département par département. Ces 4 000 personnes sont identifiées et répertoriées", a déclaré l'entourage d'Elisabeth Borne.

Lors de la séance de questions au gouvernement, la Première ministre a épinglé des "propos maladroits" de Laurent Méric, sans le nommer. "Notre responsabilité, c'est de planifier tous les scénarios sans faux-semblant, mais sans agiter de fausses peurs", a-t-elle lancé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.