Plan de sobriété énergétique : "Qu'ils arrêtent de faire les guignols et qu'ils prennent des mesures sérieuses", dénonce le secrétaire national adjoint d'EELV

Alors que le gouvernement présente ce jeudi son plan de sobriété énergétique avant l'hiver, chez les Verts, on reste particulièrement sceptique.

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Elisabeth Borne, le 20 septembre 2022 à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Le plan de sobriété du gouvernement est-il à la hauteur ? Monde du sport, du travail, administrations, commerces, industries... Tous les secteurs ont été sollicités : le gouvernement français présente jeudi son plan de sobriété énergétique, destiné à préparer un hiver difficile, sans gaz russe et avec de nombreux réacteurs nucléaires arrêtés. Objectif: réduire de 10% la consommation d'énergie de la France en deux ans, et dans l'intervalle, faire que le pays passe l'hiver sans coupure de gaz ni d'électricité. 

>> DIRECT. Crise énergétique : le gouvernement présente son plan de sobriété, suivez les annonces d'Elisabeth Borne et ses ministres

On connaît déjà quelques pistes, comme un bonus de 100 euros pour ceux qui se lancent dans le covoiturage ou la coupure d'eau chaude dans les administrations. Mais est-ce vraiment assez, s'inquiètent déjà les écologistes. Il s'agit de "petits pas", mais toujours pas de virage vert, d'après Jérémie Crépel, secrétaire national adjoint d'EELV. "Quand le gouvernement nous fait des défilés de mode en pull, en sous-pull..., nous, on aimerait bien qu'ils arrêtent de faire les guignols et qu'ils prennent des mesures sérieuses. La crise, ce n'est pas simplement savoir comment on va passer cet hiver, mais comment on va passer les décennies à venir", tranche-t-il. 

"Quand on parlait de sobriété, on nous renvoyait aux grottes..."

Ainsi, quand l'État suggère de baisser la température à la maison et de rénover les bâtiments publics, les Verts, eux, veulent la rénovation en priorité des cinq millions de "passoires thermiques". "Il y a les mesures immédiates sur la crise, y compris sociale, mais il y a aussi les solutions sur le moyen et sur le long terme qu'il faut prévoir pour changer la trajectoire de la société. On en a les capacités, le monde économique en a les capacités, mais encore faut-il envoyer les bons signaux", estime la députée Julie Laernoes.

Mais pour d'autres, le principal, c'est la prise de conscience : que le gouvernement en parle, c'est déjà une victoire pour le sénateur Daniel Breuiller. "Je me rappelle dans un passé pas très lointain, que lorsqu'on parlait de sobriété, on nous renvoyait aux grottes, à la bougie, etc. C'est une très bonne chose", sourit-il.

Principal point noir pour les écologistes sur ce plan de sobriété, dont les premières mesures ont déjà filtré : aucune sanction n'est prévue. L'avenir de la planète ne peut plus reposer, d'après eux, sur la responsabilité de chacun.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.