Nucléaire : en visite à la centrale de Penly, Bruno Le Maire affirme avoir "de grandes ambitions pour EDF"

En visite dans cette centrale nucléaire de Seine-Maritime, le ministre de l'Économie et le nouveau patron d'EDF ont assuré qu'ils avaient de grandes ambitions pour l'entreprise, qui tient son calendrier pour éviter les coupures cet hiver, selon l'exécutif. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Bruno Le Maire et Luc Rémont, lors d'une visite à la centrale nucléaire de Penly, en Seine-Maritime, le 9 décembre 2022. (LOU BENOIST / AFP)

Quarante réacteurs désormais en activité sur un parc nucléaire français de 56. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et Luc Rémont, nouveau patron d'EDF, effectuaient vendredi 9 décembre leur première visite de terrain ensemble, dans la centrale de Penly, en Seine-Maritime. Une centrale qui concentre à elle seule les problèmes du présent et les ambitions de l’avenir.

Les turbines bleues électriques dans le dos, le nouveau patron d'EDF et le ministre de l'Économie ont choisi la salle des machines du réacteur numéro un pour prononcer leur discours. Une salle grande comme un terrain de foot mais anormalement silencieuse en ce moment car le réacteur est à l’arrêt. Un symbole donc de la difficulté actuelle de garantir que la production d'électricité sera suffisante pour passer l'hiver.

"Nous abordons avec confiance les semaines qui viennent, le passage de l'hiver."

Luc Rémont, PDG d'EDF

lors d'une visite à la centrale nucléaire de Penly

Le patron d'EDF a pris ses fonctions il y a à peine deux semaines, mais se dit déjà prêt à relever le défi. "Par la mobilisation de tous les partenaires, les collaborateurs qui sont ici et de chacune des centrales." Luc Rémont veut pour preuve de cette mobilisation "le raccordement de trois réacteurs supplémentaires au réseau, pour atteindre 40 réacteurs connectés." 

>> EDF : Les dossiers qui attendent Luc Rémont, le nouveau PDG

L'ancien banquier d'affaires salue "un travail qui se continue jour et nuit, jour après jour, pour faire en sorte que nous tenions les engagements de l'entreprise, pour faire en sorte que l'hiver se passe bien." Et la population française toute entière est partie prenante, selon lui, car les Français "font preuve d'une attention sur la consommation électrique qui est remarquable".

De l'ambition pour une entreprise "pas comme les autres"

La centrale de Penly est tout aussi un symbole d'avenir pour la filière. À côté des deux réacteurs existants, ces deux bâtiments cylindriques situés en bord de Manche, il y a en contrebas de la falaise deux grands trous qui accueilleront les EPR nouvelle génération voulus par Emmanuel Macron. "Nous avons, et je veux vous le dire en face, de grandes ambitions pour EDF", a affirmé le ministre de l'Économie. "EDF n'est pas une entreprise comme les autres. Elle est un grand service public, mais elle doit aussi être un leader industriel mondial", affirme Bruno Le Maire.

"C'est l'objectif que nous nous fixons avec le président de la République : qu'EDF soit le leader mondial de la production, de la distribution et de la fourniture d'électricité décarbonée."

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie

lors d'une visite à la centrale nucléaire de Penly

Le ministre insiste : EDF ne doit pas être "un leader européen", mais "un leader mondial. Le leader mondial". Et pour cela, il faut commencer par livrer ces EPR à temps pour qu’ils fonctionnent dès 2035. "Et si c'est 2034, c'est encore mieux", conclut le ministre de l'Économie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.