VIDEO. Les Fralib vont lancer leur coopérative ouvrière avec les 20 millions d'euros d'Unilever.

Depuis septembre 2012, les salariés occupaient l'usine, jour et nuit, résistant à plusieurs tentatives d'expulsion

MATTHIEU BOISSEAU et BENOIT JOURDAN - FRANCE 2

Les 76 salariés de l'usine de thés et d'infusions Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), qui viennent d'obtenir 20 millions d'euros de la multinationale Unilever. leur scoop, une coopérative ouvrière verra le jour. Ce sont des larmes de joie qui coulaient mardi 27 mai au matin chez les anciens salariés de Fralib, massés dans l'usine qu'ils occupent depuis septembre 2012. Sur leur T-shirt blanc aux inscriptions rouges, on pouvait lire un résumé de leur aventure : "1336 jours de lutte des Fralib. Scop-Ti c'est parti". Scop-Ti.


Le site comptait 182 salariés avant sa fermeture. Depuis septembre 2012, les salariés occupaient l'usine, jour et nuit, résistant à plusieurs tentatives d'expulsion, assurant des tours de garde pendant les vacances par crainte d'un déménagement des machines. Ils ont également porté leur lutte sur le terrain judiciaire, faisant annuler trois plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) consécutifs.

 

Des salariés de Fralib fêtent l\'obtention de 20 millions d\'euros de la part d\'Unilever pour créer leur coopérative, le 27 mai 2014 à Gémenos (Bouches-du-Rhône).
Des salariés de Fralib fêtent l'obtention de 20 millions d'euros de la part d'Unilever pour créer leur coopérative, le 27 mai 2014 à Gémenos (Bouches-du-Rhône). (MAXPPP)