Vidéo "La jeunesse va revivre !" : soirée riche en émotions pour Matthieu qui a pu rouvrir sa boîte de nuit

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Matthieu était privé de travail depuis 16 mois. Mais hier soir, il a enfin pu rouvrir sa boîte de nuit, Le Milton Club. Et pour lui comme pour ses clients, c'était une soirée pleine d'émotions... Brut y était.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Matthieu était privé de travail depuis 16 mois. Mais hier soir, il a enfin pu rouvrir sa boîte de nuit, Le Milton Club. Et pour lui comme pour ses clients, c'était une soirée pleine d'émotions... Brut y était.

Une sensation de liberté, beaucoup d'émotions, des sourires sur tous les visages... C'était ce vendredi à Saint-Lô dans Le Milton Club, la boîte de nuit de Matthieu. Sa discothèque était fermée depuis 16 mois. "On a vécu, je le redis, une torture psychologique depuis 16 mois", fustige Matthieu, le gérant du club. Pour rentrer dans la boîte, test de dépistage Covid obligatoire ou passeport vaccinal valide. "C'est un temps d'adaptation pour les gens d'appliquer les mesures sanitaires qu'on doit forcément respecter, c'est super important dans le sens où voilà, nous ce qu'on veut, c'est que ça continue le plus longtemps possible", explique Tristan, voiturier du Milton Club.

"Ça fait un bien fou"

Pour Dj Matt'u, Dj résident du Milton Club, l'émotion est forte également. "Voir tout le monde réuni, faire la fête, ça fait un bien fou et pour ne rien vous cacher, j'ai dit mes premiers mots et juste après, j'ai la larme qui a coulé", confie-t-il. Environ 75 % des gérants de discothèques, selon le syndicat, ont décidé de ne pas rouvrir ce 9 juillet. Une option inenvisageable pour Matthieu : "Avec tout ce que j'ai fait depuis 16 mois pour pouvoir faire entendre les discothèques et surtout pour pouvoir rouvrir, il aurait été impensable que je ne rouvre pas."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.