Stations balnéaires : les premiers vacanciers profitent des plages... et des centres de vaccination

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Stations balnéaires : les premiers vacanciers profitent des plages... et des centres de vaccination
France 2
Article rédigé par
T. Souman, E. Pépin, F. Ventura - France 2
France Télévisions

Bison futé prévoit une journée orange pour le premier week-end de départ en vacances. Samedi 3 juillet, il y a de nombreux embouteillages à la sortie des grandes villes. Mais une fois arrivés, les premiers vacanciers profitent des moments de détente. Certains en profitent même pour se faire vacciner. 

C'est le tout premier bain de l'été pour ces vacanciers fraîchement arrivés samedi 3 juillet. Certains ont préféré rouler de nuit pour arriver le plus tôt possible à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), comme cette famille de Limoges (Haute-Vienne). "On pose les valises et on se dit qu'on va plus penser à rien", confie un père de famille. Les vacanciers sont encore peu nombreux ; mais ils arrivent. Les restaurateurs croient en un été prometteur, après avoir perdu pour la plupart 30% de leur chiffre d'affaires l'année passée. "On pense que la saison va être bonne", espère Patrick Capdeville, restaurateur. 

Se faire vacciner sur son lieu de vacances

Un centre de vaccination contre le Covid-19 situé à deux pas de la plage est ouvert sept jours sur sept. Une habitante des Yvelines, en vacances dans les Bouches-du-Rhône, s'apprête à recevoir sa deuxième dose du vaccin Moderna. "Si ça permet au plus grand nombre d'être vacciné, je suis pour", affirme-t-elle. Tout est fait pour faciliter la vaccination des touristes de passage, qui peuvent avoir une dose sans rendez-vous s'ils ont de la chance, ou bien réserver un créneau. 200 personnes se font vacciner chaque jour à Carry-le-Rouet. La vaccination pourrait même monter en puissance en fonction de la demande.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.