Restauration : les enseignes de restauration rapide résistent à la crise

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Restauration : les enseignes de restauration rapide résistent à la crise
FRANCE 2
Article rédigé par
J. Weyl, M. Dana, M. Barrois, M. Le Rue - France 2
France Télévisions

Alors que la crise du Covid-19 se prolonge, des milliers de restaurants sont désespérément fermés depuis plus de trois mois. Pourtant, d'autres ouvrent et résistent, comme les enseignes de restauration rapide, les seules à embaucher aujourd'hui dans le secteur.

Il faut du cran pour ouvrir un restaurant en pleine crise du Covid-19, quand le secteur est quasiment à l'arrêt. Pourtant, certains sont prêts à relever le défi. Dans le 17e arrondissement de Paris, un établissement Pokawa a vu le jour pendant le deuxième confinement ; l'un des derniers nés d'un réseau de 30 magasins, spécialisés dans les poke bowl, plat typique de la cuisine hawaïenne. Ce plat froid est facile à transporter, donc parfaitement adapté à la livraison et à la vente à emporter, seul créneau possible actuellement.

Une prise de risque

L'appétit des consommateurs est l'autre moteur qui a permis l'ouverture. La stratégie de l'enseigne est en effet de capter une clientèle en mal de restaurants. "Dans notre secteur d'activité, la restauration rapide, c'est le bon moment pour se lancer parce que la clientèle n'a pas une offre assez large de restauration et veut varier", explique Richard Viemont, directeur des réseaux Pokawa.

Mais ouvrir en pleine pandémie est tout de même une prise de risque. Une pizzeria Domino's avait été inaugurée en janvier à Pontivy (Morbihan). Une dizaine d'emplois ont été créés. Installer ce type de franchise coûte entre 300 000 et 350 000 euros selon l'enseigne. Si Cyril Durand, le patron, a pu ouvrir, c'est grâce à la renommée de la marque et son modèle bien rodé, mais aussi son expérience : il possède déjà six restaurants dans la région.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.