Coronavirus : les professionnels impuissants face au couvre-feu

Comment vont s'organiser les restaurants et les théâtres face au couvre-feu imposé par le gouvernement alors qu'il s'agit d'un pan essentiel de l'économie française ? Beaucoup s'inquiètent aujourd'hui. Tour d'horizon.

Commander un verre après 21 heures, ce ne sera plus possible dans de nombreuses métropoles françaises dès samedi minuit. C'est le cas à Lyon (Rhône). Les patrons s'attendaient à des mesures mais pas à fermer si tôt, explique un patron de bar lyonnais. "Je ne sais pas comment on va faire. Financièrement, ça va être compliqué. Je suis frustré, c'est mon travail qui… Je perds mon travail. Travailler en journée, ça ne va pas faire augmenter mon chiffre d'affaires", avoue-t-il.

Réorganisation à prévoir

Même si le président a promis de réactiver le chômage partiel, les professionnels sont inquiets. Le coût est encore douloureux à Marseille (Bouches-du-Rhône), où les bars sont déjà fermés depuis trois semaines. Certains ont décidé de monter au créneau dès jeudi 15 octobre pour demander la réouverture des bars en journée. Pour eux, "si la vie doit reprendre dans la journée jusqu'à 21 heures, ce doit être le cas pour tout le monde", fustige un patron. A Paris, un restaurateur qui ouvre d'habitude jusqu'à minuit et pas le midi est sonné. Il ne sait pas comment s'organiser et parle de mesures "choquantes". Les théâtres, eux, comptent amender les horaires et davantage jouer le week-end en espérant que le public sera au rendez-vous.

Le JT
Les autres sujets du JT
La terrasse d\'un restaurant fermé à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 27 septembre 2020.  
La terrasse d'un restaurant fermé à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 27 septembre 2020.   (NICOLAS TUCAT / AFP)