Confinement : le chef Philippe Etchebest "dégoûté" par la prolongation de la fermeture des bars et restaurants

Les bars et les restaurants ne rouvriront pas après le 1er décembre, a annoncé jeudi le Premier ministre. Le chef cuisinier évoque "une espèce d'incompréhension des choix arbitraires qui sont faits".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le chef Philippe Etchebest et les employés de son restaurant "Le quatrième mur", à Bordeaux, manifestant contre les mesures antiCovid-19 le 2 octobre 2020 (photo d'illustration). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

"Je ne suis pas surpris" par la prolongation de la fermeture après le 1er décembre des bars et des restaurants, annoncée par Jean Castex, réagit sur franceinfo Philippe Etchebest. "Je suis dégoûté de ce qui se passe aujourd'hui", ajoute-t-il car les fermetures risquent d'être fatales pour de nombreux bars et restaurants qui ne survivront pas à ces confinements. "Arrêtez de nous poser des questions et agissez", lance le chef cuisinier au gouvernement.

Cela va forcément mal se passer. Nous sommes des acteurs du système économique en France. Nous sommes les globules rouges de la France, si nous toussons c'est la France qui sera malade.

Philippe Etchebest, chef cuisinier

à franceinfo

"Il va arriver à un moment donné où ça va être des faillites en masse et des licenciements en masse, prédit le chef. Plus de 30% des entreprises vont faire faillite et on va être à hauteur de plus de 250 000 employés qui seront au chômage. C'est une évidence aujourd'hui et ça risque d'être pire".

Des "montagnes russes" 

Avant ce deuxième confinement, les restaurants avaient mis en place un protocole sanitaire afin de pouvoir accueillir les clients mais cela n'a pas suffi. "Qu'est-ce qu'on pourrait faire de plus ?, interroge le chef.  Vraiment on est arrivé au bout du bout, de toutes les demandes qui étaient faites. La distanciation des tables à hauteur d'un mètre. Si on les sépare plus, les restaurants seront aux trois quarts vides. Cela va être compliqué. Le modèle économique ne sera pas viable pour pouvoir ouvrir".

On ne sait plus quoi faire et on est vraiment perdu. Le gouvernement pourrait comprendre. Ils font ce qu'ils peuvent, mais ils sont à côté de la plaque et surtout, ils ne nous écoutent pas. 

Philippe Etchebest

"Ces protocoles étaient drastiques. On a fait tout ce qu'on nous a demandé, vraiment, et il n'y avait pas lieu d'être plus en danger dans nos établissements quand dans le milieu familiale, les grandes surfaces ou ailleurs. C'est là qu'il y a une espèce d'incompréhension des choix arbitraires qui sont faits", ajoute Philippe Etchebest.

Le chef cuisinier est persuadé que le gouvernement va "déconfiner pour les fêtes de Noël, nous on n'est même pas sûrs d'ouvrir", lance-t-il. "Je n'ai pas besoin d'attendre les décisions du ministre. On va être fermés à peu près jusqu'au 15 décembre. Il va y avoir une réouverture pour les fêtes de Noël pour que les fêtes se passent bien. Il va y avoir un reconfinement beaucoup plus strict à partir du mois de janvier, c'est ce qui se passe à chaque fois. C'est les montagnes russes et cela va être sans fin", se désole-t-il. "L'effet de surprise n'existe plus, on sait à quoi s'attendre", conclut-il tout en confessant espérer se tromper. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.