Fermeture des bars et restaurants : "C'est un coup de grâce, c'est une mise à mort" selon Philippe Etchebest

"On a fait tout ce qu'il fallait faire et maintenant on ferme. Donc c'est quand même terrible", déplore le chef étoilé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chef étoilé Philippe Etchebest, en mars 2017. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

"Nous sommes sous le choc. Cette nouvelle fermeture imposée, c'est un coup de grâce, c'est une mise à mort", a réagi mercredi 28 octobre sur franceinfo le chef cuisinier Philippe Etchebest, après l'annonce par Emmanuel Macron d'un reconfinement national jusqu'au 1er décembre. Le chef de l'Etat a notamment indiqué que "les commerces définis au printemps comme non-essentiels, les établissements recevant du public, notamment les bars et restaurants, seront fermés".

"J'ai entendu que nous étions des commerces non essentiels. OK. Nous sommes non-essentiels. Par contre, nous sommes essentiels quand il faut payer les taxes, l'Urssaf, quand il faut payer les impôts", s'emporte Philippe Etchebest, "Forcément, on sera là, parce qu'on n'aura pas le choix."

La crainte d'un "chômage de masse"

Depuis le début de la crise "on ne fait que s'adapter", souligne le chef cuisinier. "Depuis début, on a appliqué des protocoles qui sont extrêmement bas, qui coûtent effectivement. Et aujourd'hui on ferme. On a fait tout ce qu'il fallait faire et maintenant on ferme. Donc c'est quand même terrible."

Il craint "un chômage de masse" dans le secteur de la restauration. "Il faut privilégier la santé. J'entends. C'est terrible ce qui arrive. Mais au-delà, il va y avoir des dégâts graves", estime Philippe Etchebest. Il souligne notamment que les aides débloquées par le gouvernement "ne suffisaient pas". A présent, il s'interroge pour savoir s'il y aura "suffisamment d'aide pour aider les entreprises à sortir la tête de l'eau. Moi, j'ai un doute".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.