Bars et restaurants à Paris : "Une prise de température des clients va être en vigueur très prochainement", annonce un syndicat

La mesure ne sera pas obligatoire et se fera pas "infrarouge".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La prolongation de l'extension des terrasses jusqu'en juin 2021 en raison de la crise sanitaire est "une bonne nouvelle" pour les restaurateurs parisiens (photos d'illustration). (VALERIA EMANUELE / RADIOFRANCE)

"Une prise de température des clients va être en vigueur très prochainement" dans les bars et restaurants franciliens, a affirmé sur franceinfo vendredi 28 août Marcel Benezet, président de la branche des cafés, bars, brasseries du Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI-HCR), élu à la CCI Île-de-France. Il a indiqué que cette mesure ne sera pas obligatoire et "d'une simplicité", réalisée avec de "l'infrarouge". "Les gens sont prêts à accepter ça pour continuer à vivre sur nos terrasses et dans nos établissements", a assuré Marcel Benezet.

>> Ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement sur la situation sanitaire

franceinfo : Face à la circulation active du coronavirus, les professionnels du secteur craignent à Paris la fermeture dès 23h, comme à Marseille, de leurs établissements. Comment éviter cela ?

Marcel Benezet : Nous avons mis en place en concertation avec la mairie de Paris, une prise de température des clients qui va être en vigueur très prochainement et ensuite un cahier de rappel en cas de problème de Covid-19 dans nos établissements. Il n'y a pas d'obligation de remplir ce cahier, c'est une précaution qu'on demande aux clients de prendre en cas de problème. Il n'y a pas non plus d'obligation de prise de température, beaucoup d'établissements le font déjà et il n'y a pas de problème, au contraire cela se passe très bien. La prise de température, c'est une bonne chose, c'est d'une simplicité, c'est infrarouge, c'est très rapide. Les gens sont prêts à accepter ça pour continuer à vivre sur nos terrasses et dans nos établissements. Si l'on devait fermer à 23 heures, ce que je ne souhaite pas, ce serait une catastrophe parce qu'économiquement ce serait encore nous prendre 10 à 20% de nos chiffres d'affaires. Nous avons décidé d'augmenter le protocole sanitaire.

La prise de température, c'est une idée des syndicats de la profession et le cahier de rappel, c'est une idée de la mairie. 

Marcel Benezet, président du GNI-HCR

à franceinfo

On ne peut pas garder ce cahier plus de 30 jours, il est ensuite détruit. Quand les gens réservent dans les restaurants, ils donnent leur nom donc on a déjà les coordonnées de nos clients et ils n'ont jamais eu de problème par rapport à cela.


La prolongation de l'extension des terrasses jusqu'en juin 2021 est, on l'imagine, une bonne nouvelle pour vous ?

C'est une bonne nouvelle parce que cela va nous permettre de respecter les distanciations et le protocole sanitaire que nous avons mis en place depuis le départ et que nous respectons. Bien sûr, il y a des mauvais élèves, je les préviens que s'ils ne se comportent pas mieux, la mairie de Paris ne donnera peut-être pas d'extension Covid à ceux qui ont été indisciplinés tout l'été sur le domaine public. Je leur demande de respecter les distanciations parce qu'il en va de la survie de nos établissements. C'est salutaire, si on n'avait pas cette prolongation, ce ne serait pas 30% mais 40 ou 50% menacés de fermeture.


Que pouvez-vous répondre aux riverains qui pourraient être inquiets d'éventuelles nuisances sonores ?

Je les rassure, nous ferons tout pour que cela se passe bien. Il y a eu quelques dérives, mais il est important pour la cohésion sociale de nos arrondissements que nos établissements restent ouverts. Ce sont des emplois de proximité, non délocalisables. Certains riverains sont remontés un petit peu, mais les chefs d'entreprise qui ont des difficultés pour payer le loyer, leur personnel, leur fournisseur, ne dorment pas non plus la nuit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.