"À l'inverse du jambon-beurre, monolithique, le burger sait évoluer, se transformer au gré des envies"

Si le burger a détrôné au jambon-beurre la place de sandwich préféré des Français, il y a des raisons. Le sandwich a su s'adapter aux "envies" des consommateurs, analyse mercredi sur franceinfo Franck Pinay-Rabaroust, rédacteur en chef du webzine Atabula.

Le burger est devenu pour la première fois en 2017 le sandwich préféré des Français à la place du jambon-beurre.
Le burger est devenu pour la première fois en 2017 le sandwich préféré des Français à la place du jambon-beurre. (MAXPPP)

Le jambon-beurre a été détrôné par le burger dans les ventes de sandwiches pour la première fois en 2017, d'après un bilan du cabinet Gira Conseil, publié mardi 20 mars. "Imaginatif", "créatif", c'est parce que le burger "a su évoluer, se démocratiser, se transformer au gré des envies" qu'il a pris cette place de préféré des Français pour la première fois au détriment du traditionnel jambon-beurre, a estimé mercredi 21 mars sur franceinfo Franck Pinay-Rabaroust, rédacteur en chef du webzine Atabula.

14 fois plus de burgers consommés qu'il y a 10 ans

En 2017, les Français ont consommé 1,46 milliard de hamburgers contre 1,22 milliards de sandwiches jambon-beurre, soit 14 fois plus qu'il y a dix ans. "Aujourd'hui, on est très loin du burger imaginé par MacDonald's", souligne Franck Pinay-Rabaroust. "Il est à la carte des bistrots et des restaurants gastronomiques. Vous pouvez en trouver à quelques euros comme à 60 euros dans certains palaces parisiens".

Des burgers modernes et pour tous les goûts

Autre atout du burger, sa capacité à se transformer en fonction des envies, insiste le journaliste spécialisé en gastronomie. "On peut le faire avec ou sans viande, sans gluten, ou même avec des produits de la mer. C'est toute sa force par rapport au sandwich jambon-beurre qui est resté stable dans sa composition".

Pour Franck Pinay-Rabaroust, le jambon-beurre, issu de la tradition française, souffre parfois d'un déficit de qualité. "Chez un certain nombre de grandes chaînes, le pain est de mauvaise qualité et le jambon fin comme du papier à cigarette. C'est pour cela qu'il est dépassé par le burger, qui progressivement s'installe." Toutes catégories confondues, le nombre de sandwiches vendus en France reste néanmoins supérieur. Le burger peut encore évoluer, selon Franck Pinay-Rabarout, notamment grâce à d'autres produits, ou encore sur la qualité du pain.