Cet article date de plus de deux ans.

"L'Affaire du siècle" : ces Français qui s'engagent pour le climat

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
"L'Affaire du siècle" : ces Français qui s'engagent pour le climat
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Plus de deux millions de personnes ont signé la pétition "L'Affaire du siècle", un texte qui appelle à attaquer l'État pour son inaction climatique. Qui sont ces Français qui s'engagent ?

Eyal Benazara fait partie des premiers signataires de la pétition "L'Affaire du siècle". Une évidence pour ce Parisien qui a déjà fait évoluer son mode de vie. Pour les vacances, il ne part plus loin en avion, mais explore l'Europe en train. "Quand on voit l'impact carbone d'un voyage long-courrier ou même court-courrier, on se dit que si on veut réduire son impact, c'est un des principaux leviers", explique-t-il. Pour aller travailler, ce commercial a changé ses habitudes pour moins polluer. Il est passé du scooter au vélo. Une solution possible en ville, mais plus compliquée à mettre en œuvre quand on habite en milieu rural.

Forcer les pouvoirs publics à respecter leur engagement

C'est une autre affaire pour Juliette Lefevre, également signataire de la pétition. "Dans le hameau où j'habite, il n'y a pas de commerces, pas de médecins, que des habitations donc j'ai besoin de prendre ma voiture", explique-t-elle de son côté. Mais elle a décidé d'agir au quotidien. Cette fan de shopping achète désormais moins de choses pour qu'elles durent davantage. Depuis quelques années, son comportement sur l'alimentaire a évolué. Moins de viande, plus de circuits courts et la volonté de réduire ses déchets. Marie Toussaint, à l'origine de la pétition, veut forcer les pouvoirs publics à respecter leurs engagements en matière d'environnement, car les petits gestes de chacun ne suffiront pas. Sans réponse de l'État d'ici fin février, les associations présenteront un recours devant le tribunal administratif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.