Affaires : une loi pour protéger ou bâillonner ?

Le Sénat a adopté une loi pour protéger les sociétés contre le pillage industriel. Mais dans l’opposition, on dénonce un texte qui pourrait notamment entraver la liberté de la presse.

Tout ce qui touche à des informations stratégiques ou sensibles sera désormais couvert par le secret des affaires. Adopté par les parlementaires ce jeudi 21 juin, le texte doit normalement protéger les sociétés contre le pillage industriel. Une loi dénoncée depuis plusieurs semaines par l’opposition, qui craint que cette nouvelle règle s’applique aux syndicalistes qui voudraient dénoncer des scandales. Pour le rapporteur de la loi, il n’y a pas d’ambiguïté : "L’objectif est de lutter contre la concurrence déloyale, l’espionnage industriel. Ce texte est là pour protéger les entreprises et leur savoir-faire", dit Raphaël Gauvin, député LaREM de Saône-et-Loire.

Recours déposé

L’opposition pointe donc du doigt le flou autour de la loi. À gauche comme à droite, on demande que le gouvernement se mette du côté de la vérité. Pour Reporters sans Frontières, cela inciterait les sources de journalistes à se taire et ne plus enquêter sur le monde économique. L’opposition de gauche a d’ores et déjà déclaré vouloir déposer un recours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les sénateurs participent à une séance de questions au gouvernement, le 24 mai 2018, au Sénat, à Paris.
Les sénateurs participent à une séance de questions au gouvernement, le 24 mai 2018, au Sénat, à Paris. (MAXPPP)