Compte Linkedin, adresse mail, "job dating"... La DGSI s'ouvre pour recruter jusqu'à 600 personnes par an

"Un certain nombre de nos métiers, de nos attentes, sont souvent mal perçus par les candidats", explique Nicolas Lerner, directeur de la DGSI.

Nicolas Lerner, directeur de la DGSI, au siège de la direction, à Levallois-Perret, le 5 novembre 2018.
Nicolas Lerner, directeur de la DGSI, au siège de la direction, à Levallois-Perret, le 5 novembre 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Face à la nécessité de recruter en nombre, il est nécessaire d'utiliser aujourd'hui les mêmes outils que l'ensemble des recruteurs", estime le directeur de la DGSI. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) multiplie les outils pour toucher davantage de candidats et recruter jusqu'à 600 personnes chaque année, a appris franceinfo vendredi 8 novembre.

Pour toucher davantage de candidats, avec des profils variés, la DGSI a récemment créé une adresse mail accessible à tous, ouvert un compte Linkedin et modernisé son site internet afin de présenter de manière beaucoup plus ouverte ses missions et métiers. La direction a aussi récemment organisé, en partenariat avec Pôle Emploi, un job dating pour recruter sur des fonctions d'assistant(e)s et de secrétaires.

Mêmes outils "que l'ensemble des recruteurs"

Le directeur, Nicolas Lerner, précise : "Il n'est pas question de mettre fin à la culture du secret. Je considère néanmoins que face aux défis qui sont les nôtres, face à la nécessité de recruter en nombre, il est nécessaire d'utiliser aujourd'hui les mêmes outils que l'ensemble des recruteurs (…) La DGSI est une direction qui attire, nous n'avons pas de difficulté à attirer. Mais un certain nombre de nos métiers, de nos attentes, sont souvent mal perçus par les candidats. La première finalité, c'est de faire comprendre la palette des métiers que nous proposons", souligne le directeur de la DGSI.

Il y a de la place pour tous les profils à la DGSINicolas Lernerà franceinfo

"Une part significative des recrutements a vocation à concerner des policiers", précise le directeur. "Néanmoins, au regard du contexte mouvant et de l'évolution des formes de menace (menace terroriste, menace cyber, menace de contre-espionnage, la mission de protection économique), la DGSI a entrepris de diversifier totalement les profils, c’est-à-dire d'abord des analystes susceptibles d'enrichir l'information et le renseignement que nous récoltons. Nous recrutons aussi des techniciens de tous niveaux, des ingénieurs spécialisées jusqu'aux techniciens informatiques."

Recruter 1 200 personnes au total

Parmi les autres métiers recherchés, la DGSI a "un gros besoin en linguistes, toutes les langues nous intéressent, des spécialistes des relations internationales. Enfin, nous avons besoin de juristes et de spécialistes des ressources humaines (...) Le profil, le diplôme, la carrière, l'expérience, importent peu, ce qui nous intéresse ce sont des hommes, des femmes, qui souhaitent simplement servir leur pays."

La DGSI prévoit de recruter 1 200 personnes, pour arriver à un effectif de 5 500 agents à l'horizon 2022-2024. 500 à 600 postes sont à prendre chaque année, soit pour pourvoir des nouveaux postes, soit pour compenser la départ naturel des agents. Ces renforts s'inscrivent dans un plan de recrutement de 10 000 policiers et gendarmes lancé depuis l'élection d'Emmanuel Macron, "au regard du contexte de menace terroriste que connait notre pays depuis 2015", souligne le directeur de la DGSI.