Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Pour lutter contre l'agribashing sur les réseaux sociaux, cet éleveur s'est fait "agriyoutubeurre"

De plus en plus souvent perçus comme des pollueurs, des empoisonneurs, des éleveurs cruels avec leurs bêtes, les paysans se rebiffent. Certains ont décidé de reprendre en main leur communication. Dans la Sarthe, "Complément d'enquête" a rencontré un "agriyoutubeurre" devenu un VRP de la profession sur les réseaux sociaux.

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE / FRANCE 2

"Je vais vous apprendre ce que c'est, une génisse", "Je passe mes journées à parfumer la campagne d'une bonne petite odeur de merde"... La traite robotisée de ses 80 vaches laitières, comment naissent les veaux, pourquoi il brûle leurs cornes (sous anesthésie), ses démêlés avec les ravageurs comme la pyrale du maïs, les pannes de matériel, tout y passe... jusqu'à l'épandage du fumier. Avec une pointe d'humour, cet éleveur de 38 ans raconte sa vie à la ferme dans les petites vidéos qu'il poste une fois par semaine sur internet. 

Etienne Fourmont "pense que les agriculteurs n'ont pas suffisamment expliqué leur métier. Et c'est peut-être pour ça, aujourd'hui, qu'on en est arrivé à des associations anti-élevage : c'est parce que les gens ne comprennent plus ce que c'est, l'élevage aujourd'hui". Cet adhérent à la FNSEA, le principal syndicat agricole, veut redorer le blason de la profession. Son idée : court-circuiter les médias pour donner sa version du métier. 

35 000 abonnés suivent les aventures d'Etienne à la ferme

L'éleveur-youtubeur fait aussi la chasse aux erreurs véhiculées sur les réseaux sociaux. Quand il entend sur YouTube que "dans l'industrie laitière, une vache, à partir d'environ 15 mois, va être inséminée, et ce environ tous les trois mois, jusqu'à la fin de sa vie", il corrige : "C'est complètement stupide. Mathématiquement, faites le calcul : trois mois, c'est pas possible... la gestation durant neuf mois, une vache n'a qu'un veau par an", explique-t-il.

Il en est convaincu, c'est la pédagogie qui changera le regard des gens, qui leur montrera que "l'élevage, c'est des animaux, c'est des vaches en bonne santé… Et meilleures seront les conditions de vie de mes animaux, meilleures seront mes conditions de travail". L'éleveur est devenu le VRP sympa de l'agriculture. Sur YouTube et sur Twitter, 35 000 abonnés suivent les aventures d'Etienne à la ferme.

Extrait de "Agribashing ? Les agriculteurs se rebiffent", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 27 février 2020.