Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Agribashing ? Les agriculteurs se rebiffent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 19 min.
Complément d'enquête. Agribashing ? Les agriculteurs se rebiffent

Alors que le fossé semble se creuser entre le monde agricole et le reste de la population française, les agriculteurs se disent stigmatisés, dénigrés. Les paysans seraient-ils mal compris, ou pire, mal aimés ? Au point de devenir des cibles ? "Complément d'enquête" sur une profession en plein mal-être.

Après une quarantaine d'intrusions dans les élevages en 2019, certaines pratiques agricoles sont de plus en plus contestées, parfois violemment. Alors que le nombre d'exploitations a été divisé par deux en trente ans, les agriculteurs se disent stigmatisés, dénigrés. Les paysans seraient-ils mal compris, ou pire, mal aimés ? Au point de devenir des cibles ?

En 2019, le ministère de l’Intérieur a créé la cellule Déméter, en charge de lutter contre les agressions ou les intrusions des militants anti-spécistes, mais aussi les vols. Pourtant, la profession n’a-t-elle besoin que de gendarmes ?

La remise en question d'un modèle agricole

Certains prennent la parole, notamment sur les réseaux sociaux, pour expliquer leur métier, leurs pratiques, et leur quotidien. Comme "Etienne, agri youtubeurre", agriculteur dans la Sarthe, qui entend contrer "les associations anti-élevage, les associations environnementalistes, les partis politiques verts qui dénigrent l'agriculture".

Tous les agriculteurs n'ont pas la même vision. Face à la disparition des paysans, à leur baisse de revenus, et à la perte de sens de leur travail, certains accusent la FNSEA, et le gouvernement, sous prétexte d'agribashing, de "balayer toutes les revendications d'une société qui s'interroge sur son modèle agricole".

Un reportage de Lorraine Gublin, Benjamin Poulain et Vincent Gobert, diffusé dans "Complément d'enquête" le 27 février 2020.    

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.