Sécheresse : et si la solution miracle venait des sourciers ?

85 départements sont concernés par des restrictions d'eau, lundi 1er septembre. Face à cette situation, les sourciers refont surface  pour trouver de l'eau au bout de leur baguette.

France 2

Faire appel à un sourcier, c'est renoncer à toute logique cartésienne. Une habitante du Val de Loire va en faire l'expérience. Cette dernière fait appel à la baguette d'un sourcier pour sauver son jardin desséché."On ne peut pas la tenir. Elle va piquer vers le bas, incontrôlable.(...) Dès que j'arrive sur la veine d'eau la baguette va piquer vers le bas. Et dès l'instant que j'ai traversé la veine d'eau, la baguette remonte", détaille le sourcierAprès trois quarts d'heure et quelques tours de pendule, le diagnostic tombe enfin : il y a une veine d'eau dans le jardin. 

Des conseils pour les producteurs


Les sourciers sont également sollicités par les producteurs de pommes de terre, très gourmandes en eau. Une petite entreprise de Tours (Indre-et-Loire) cultive 85 hectares de patates. Une activité très dépendante de la pluie, et de l'eau. "C'est ce qui permet de faire perdurer l'entreprise. C'est ce qui permet de pouvoir dire aux salariés tous les matins qu'il y a du boulot", déclare Alexis Gruson, agriculteur à Saint-Paterne-Racan (Indre-et-Loire) qui a installé en 2016 un point de captage sur les conseils d'un sourcier. L'eau puisée à plus de 70 m de profondeur s'écoule dans un bassin de rétention. Un réseau de canalisations souterraines irrigue l'ensemble des parcelles. Un investissement qui a coûté près de 90 000 euros. L'eau devient une ressource de plus en plus fragile. Pour faire tomber la pluie, un coup de baguette même magique n'y arrivera pas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un champ de tournesols brûlé par la sécheresse, dans le Gard, le 21 août 2019.
Un champ de tournesols brûlé par la sécheresse, dans le Gard, le 21 août 2019. (PASCAL GUYOT / AFP)