Prix de la viande, accords de libre-échange, pesticides... Les raisons de la colère des agriculteurs

Les agriculteurs ont choisi de se mobiliser mercredi 27 novembre, quelques jours avant la manifestation massive du 5 décembre. Usage des pesticides, accords de libre-échange, attaques des militants spécistes... Leurs revendications sont diverses.

FRANCE 3

Le prix du bœuf reste faible et Julien Bonneaud, éleveur dans la Haute-Vienne, n'arrive pas à s'en sortir. Avec la loi Egalim, la grande distribution s'était engagée à mieux rémunérer les agriculteurs, mais elle n'a pas tenu ses promesses. "Je pense que les aides maintenant ça suffit. On est aidés de partout, ce dont on a besoin c'est du prix. Aujourd'hui, il faut qu'on vende nos bêtes plus chères", estime Julien Bonneaud.

Un métier mal connu

Le constat est le même pour Mathieu Garnotel, betteravier dans la Marne. Si les prix étaient garantis par le passé, depuis quelques années, ils ne font que chuter. Dans le département, un tiers des agriculteurs gagnent en moyenne 300 euros par mois. Certains dénoncent les accords de libre-échange. "On a des pays comme le Canada, le Brésil et l'Argentine qui ne respectent pas les règles sanitaires économiques telles que nous pouvons les avoir en France", déplore Roger Beziat, céréalier. Lassés de devoir se justifier quant à l'utilisation des pesticides, les exploitants estiment qu'on connaît mal leur métier et ils manifestent pour le faire connaître.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agriculteurs manifestent à Nice (Alpes-Maritimes), le 5 novembre 2019.
Des agriculteurs manifestent à Nice (Alpes-Maritimes), le 5 novembre 2019. (VALERY HACHE / AFP)