Politique : cafouillage autour de l'huile de palme

Un amendement voté en catimini à l'Assemblée nationale jeudi 14 novembre a réintégré l'huile de palme dans la liste des biocarburants bénéficiant d'avantages fiscaux. Matignon a réclamé un second vote, qui se tiendra dans la soirée vendredi 15 novembre. 

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Jeudi 14 novembre, dans la nuit, à l'Assemblée nationale, l'amendement n'a été ni défendu ni discuté dans l’hémicycle. La même assemblée avait pourtant voté il y a un an l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants. Ce revirement a suscité un tollé parmi les défenseurs de l'environnement. "Dans une séance de nuit à l'Assemblée nationale, je le dis dans une colère que vous sentez, profitant qu'il n'y avait pas grand-monde, on a prolongé l'avantage fiscal sur l'huile de palme jusqu'en 2026", déplore l'ancien ministre de l'Environnement, Nicolas Hulot.

Un cadeau fiscal pour Total ?

Cette baisse des taxes sur l'huile de palme représente 70 millions d'euros d'avantages fiscaux pour Total. Le groupe pétrolier a inauguré cet été la raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) près de Marseille. Auditionné à l'Assemblée nationale, le PDG de Total regrettait la possible remise en cause des avantages fiscaux. "Nous nous sommes engagés dans cet investissement en 2015 en plein accord avec le gouvernement dans un cadre fiscal donné", affirmait Patrick Pouyanné en septembre dernier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie.
Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie. (ADEK BERRY / AFP)