Le céréalier et industriel des huiles Arnaud Rousseau élu nouveau président de la FNSEA

Il succède ainsi à Christiane Lambert à la tête de cette puissante fédération, qui a l'oreille des dirigeants politiques depuis 1946.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Arnaud Rousseau, au Salon de l'agriculture à Paris, le 1er mars 2023. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Il était le seul candidat. Arnaud Rousseau, grand cultivateur et patron du géant des huiles Avril, a été élu, jeudi 13 avril, par ses pairs, à la présidence du syndicat agricole majoritaire français, la FNSEA. A 49 ans, il succède à Christiane Lambert à la tête de cette fédération qui a l'oreille des dirigeants politiques. Les administrateurs du puissant syndicat, réunis à Paris, ont élu dans la matinée le nouveau bureau de cette organisation créée en 1946, qui revendique 210 000 adhérents (anciens exploitants inclus).

Dans un entretien accordé à l'AFP, Arnaud Rousseau a expliqué qu'il avait pour objectif, à l'issue de son mandat de trois ans, que les Français "continuent à avoir une alimentation produite en France, ce qui est de moins en moins le cas" (60% des fruits et la moitié des poulets sont importés). "Il faut qu'on continue à produire, et dire cela, ce n'est pas du productivisme", a-t-il déclaré, défendant la nécessité d'améliorer la "compétitivité" des productions françaises dans un marché ouvert. Arnaud Rousseau estime que l'agriculture doit gagner "des places dans l'assiette des Français" et "repasser un pacte" avec une société déconnectée des saisons comme du métier d'agriculteur, lors de cet entretien avec l'AFP depuis sa ferme de Seine-et-Marne.

Il est régulièrement reproché à la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) d'alimenter le "productivisme", une agriculture attachée avant tout à faire du volume au détriment de la biodiversité et du bien-être des animaux d'élevage. Lobby efficace, le syndicat est en première ligne pour dénoncer les interdictions, sans alternatives, de pesticides ou défendre les bassines de stockage d'eau du Marais poitevin. Sur ces sujets, ses positions sont alignées avec celles du gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.