Environnement : les ravages de la pyrale du buis

La pyrale, une chenille qui se tranforme en papillon, s'attaque au buis, aux vignes, et aux arbres fruitiers. En ce moment, 70 départements sont touchés. 

FRANCE 2

La pyrale du buis. Ce petit papillon a envahi les forêts il y a dix ans, mais ils sont encore plus nombreux cette année. Les chenilles dévorent les feuilles, puis s'attaquent aux branches des buissons. Impossible d'éradiquer la pyrale. Dans le pays niçois (Alpes-Maritimes), on tente de les attraper comme on peut. "Derrière une fenêtre, on laisse une source lumineuse. Les papillons sont attirés la nuit et viennent se coller à la vitre, puis tombent dans des bassines d'eau savonneuse", explique un habitant. 

Les chercheurs veulent trouver un prédateur naturel à la pyrale

La pyrale du buis vient d'Asie. Les femelles peuvent pondre près d'un millier d'oeufs par an. Ces papillons résistent aussi bien aux températures chaudes et froides. "La pluie ne les fait pas partir non plus. Ce phénomène est en train de bien s'enraciner, et je crois qu'il est important de le stopper", analyse Roger Maria, le maire de Clans (Alpes-Maritimes). En ville aussi, la pyrale fait des ravages. À Toulouse (Haute-Garonne), la mairie a essayé cet été un traitement phyto-pharmaceutique pour contenir l'invasion dans les parcs. Le papillon ravageur s'attaque aussi aux vignes et aux arbres fruitiers. Près de 70 départements français sont concernés par les attaques de pyrales. Les chercheurs font des tests pour tenter d'identifier un prédateur naturel pour ce papillon. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un massif de buis ravagé par les chenilles de la pyrale du buis, dans le parc du château de Grignan (Drôme), le 7 septembre 2016.
Un massif de buis ravagé par les chenilles de la pyrale du buis, dans le parc du château de Grignan (Drôme), le 7 septembre 2016. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)