Consommation : quel est l'impact écologique d'un steak ?

500 personnalités ont lancé une campagne pour changer nos habitudes alimentaires au nom de la santé et de la protection de l'environnement. France 3 a fait le test pour la viande rouge, grosse consommatrice d'eau et réputée pour son impact énorme en matière de CO2.

FRANCE 3

Verra-t-on un jour des étiquettes précisant le bilan écologique de chaque viande, comme un voit des vignettes sur les voitures ? L'idée semble farfelue, mais certaines viandes polluent plus que d'autres. Un kilo de bœuf, c'est 35,8 kg d'équivalent carbone, l'agneau 55, le veau 20,5 et le poulet seulement 6. En tout cas, la viande a un impact écologique non négligeable. "Indirectement, quand on consomme un steak de 125 g, c'est comme si on consommait 1 kg d'aliments", explique Vincent Colomb, ingénieur à l'Ademe (Agence de l'environnement de la maîtrise de l'énergie). On peut dire qu'il a fallu produire les végétaux pour fabriquer la viande, et que si on consomme directement les végétaux, c'est plus efficace du point de vue environnemental".

700 litres d'eau pour 1 kg de viande

Si l'on compare le bœuf (35,8 kg de CO2 par kg) à la tomate (2,3 kg de CO2 par kg), la différence est énorme. Les pois (0,7 kg de CO2 par kg) ou les pommes de terre (0,6 kg de CO2 par kg) ont un impact quasi nul sur la qualité de l'air. En revanche, les ruminants polluent l'air. Leurs pets et leurs rots produisent du méthane, même si les prairies, elles, retiennent le carbone. Le bétail consomme aussi de l'eau. Pour 1 kg de viande produite, certains parlent de 15 000 litres d'eau nécessaires. Pour les éleveurs, ce ne serait que 50 litres. Pour l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), on serait plus proche de 700 litres. Sur l'air comme sur l'eau, l'impact du bétail est important. Pour l'économiste Nicolas Treich, il faut réduire notre consommation de viande. Plus de légumes, moins de viande : un impératif à l'échelle de la planète, où l'élevage intensif menace la biodiversité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une cinquantaine de boucheries ont été prises pour cible en France entre janvier et septembre 2018.
Une cinquantaine de boucheries ont été prises pour cible en France entre janvier et septembre 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)