:l'éco, France info

Chloé Landriot : "Au supermarché vous n'allez rien trouver qui ne soit pas emballé"

Invitée de Stéphane Dépinoy dans ":l'éco", Cholé Landriot, auteure du livre "La famille sans supermarché" est venue présenter ses solutions pour vivre sans acheter en grande surface. 

franceinfo

Vous vous êtes convertis à un nouveau mode de consommation, quel a été le déclic ? 

"J'ai eu un premier déclic en vacances, je regardais la nature, je la trouvais magnifique et je me disais que le paradoxe c'est qu'on sait qu'elle est malade, les scientifiques ne cessent de nous alerter sur l'état de notre environnement et ça ne se voit pas. Mais je me suis demandé ce que l'allais laisser à mes enfants. Je me suis dit que je ne pouvais plus continuer à participer au grand gâchis collectif mais je ne savais pas comment faire pour limiter mon gâchis personnel. La première idée qui m'est venue c'était de réduire mes déchets et je me suis rapidement aperçue que je n'arrivais pas à réduire mes déchets tant que j'allais dans les rayons du supermarché" explique Chloé Landriot. 

"On s'aperçoit quand on va au supermarché qu'on achète un certain nombre de chose que l'on avait pas prévu d'acheter en entrant, simplement parce que ça nous fait plaisir et on s'aperçoit aussi que c'est difficile de renoncer à des yaourts ou de la compote, et en même temps on ne peut pas les trouver sans emballage. Au supermarché vous n'allez rien trouver qui ne soit pas emballé. Et donc comme je voulais vraiment tenir ma résolution, comme une promesse que j'avais faite à mes enfants, je leur ai dis que je voulais vraiment le faire donc on a arrêté le supermarché. C'était pas un renoncement mais plutôt un défis très joyeux, mes enfants étaient très contents de faire ça" ajoute-t-elle. 

La question AFP : Est-ce plus facile d'appliquer vos conseils en vivant dans une grande ville ou à la campagne ? 

"C'est plus facile quand on vit dans un endroit où l'agriculture est restée moins intensive, plus maraîchère et plus fruitière. Dans les endroits où il y a de l'agriculture intensive on a un marché qui est moins riche, il y a moins d'Amap. Pour les grandes villes, certes les légumes vont être un petit peu moins proches mais vous allez avoir beaucoup de solutions pour vous faire livrer des légumes en ville" répond Chloé Landriot. 

L'interview s'est conclue sur la chanson "Foule sentimentale" d'Alain Souchon.