Annulation du Salon de l'agriculture : "Engager de l'argent aujourd'hui dans l'instabilité, ce serait suicidaire"

Le concours général des produits sera maintenu en revanche, mais il ne se tiendra pas en un seul endroit car il regroupe 6 000 jurés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Luc Poulain, le président du Salon international de l'agriculture, lors d'une conférence de presse de présentation du Salon en 2014. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

L'édition 2021 du Salon de l'agriculture, qui devait se tenir à Paris du 27 février au 7 mars, est annulée en raison de l'épidémie de coronavirus, ont indiqué les organisateurs mardi 13 octobre.

"C'est la mort dans l'âme qu'on fait une annonce telle que celle-ci", a déclaré sur franceinfo Jean-Luc Poulain, président du Salon de l'agriculture. Mais "engager de l'argent aujourd'hui dans l'instabilité que connaît le monde de l'événementiel pour ne pas faire le salon, ce serait suicidaire", a-t-il expliqué, tout en assurant que le concours général agricole des produits serait maintenu.

franceinfo : Vous avez choisi d'annuler le salon très longtemps à l'avance, pour quelles raisons ?

Jean-Luc Poulain : C'est la mort dans l'âme qu'on fait une annonce telle que celle-ci, mais pour ce salon, qui est le plus grand salon de France, on commence à engager beaucoup d'argent plusieurs semaines et plusieurs mois avant. Engager de l'argent aujourd'hui dans l'instabilité que connaît le monde de l'événementiel pour ne pas faire le salon, ce serait suicidaire. Et puis on voit que quand certaines foires ou salons ont pu se tenir, les commerçants ne sont pas tous au rendez-vous, et surtout les visiteurs. Donc aujourd'hui quand on est sur des jauges de 1 000 voire 5 000 personnes alors que le salon de l'agriculture c'est 50 000 personnes minimum les plus petites journées, vous comprenez qu'on est à des années lumières de la réalité du virus et qu'il ne semblait pas intéressant de continuer. C'est de notre responsabilité vis-à-vis de la santé de ceux qui fréquentent le salon, mais c'est aussi de notre responsabilité économique vis-à-vis des exposants, qui sont des entrepreneurs, qui constituent des stocks, qui embauchent du monde avant de venir sur le salon...

Combien vous coûte l'annulation du salon de l'Agriculture ?

Pour nous, organisateurs, c'est dramatique. C'est déjà du chômage partiel depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, et puis ça va être encore plus de chômage maintenant que la décision est prise.

Vous allez quand même tenter de maintenir le concours général agricole ?

Nous allons maintenir le concours général agricole des produits. On va faire tous les efforts nécessaires pour qu'il ait lieu, en prenant les précautions notamment de jauge. Il y a 6 000 jurés, donc il n'aura pas lieu en un seul endroit. Mais c'est une nécessité pour les producteurs parce qu'on s'aperçoit qu'il y a de plus en plus de produits chaque année qui viennent concourir. Et puis on découvre que depuis que le confinement, on a très sensiblement augmenté les ventes de produits en ligne, produits médaillés, qui ont participé au concours, donc c'est pour nous intéressant et aussi pour les consommateurs. En revanche, le concours général agricole des animaux n'aura pas lieu.

Vous souhaitez tout de même organiser une manifestation dans Paris ?

J'ai demandé à la mairie de Paris si les producteurs pouvaient tenir plusieurs points de vente cette semaine-là, sous forme de marchés dans Paris. J'ai eu un accueil assez favorable d'Audrey Pulvar, adjointe chargée de ce dossier. Donc maintenant reste à voir comment on l'organise. On pourrait aussi démultiplier ces points de vente en province.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.