Agriculture : la révolution douce de l'école "Terre et humanisme"

En Ardèche, l'école de la terre du penseur Pierre Rabhi inculque comment cultiver en respectant les végétaux, les saisons.

Voir la vidéo
France 3

Manger en toute confiance, savourer des aliments sans pesticide, c'est la raison d'être de cette école d'agroécologie. Après le repas, les stagiaires apprennent l'art de cultiver en harmonie avec la nature.

"Tout ce qu'on lit dans les livres ne va pas vraiment dans le sens de la vie de l'arbre donc là on réapprend les bases", explique une stagiaire au micro de France 3. Des stagiaires venus de différents horizons viennent apprendre les gestes presque perdus de la tradition paysanne au coeur de l'Ardèche.

Faire germer des idées

Maeva, ingénieur agronome, qui connaît bien les méfaits sur l'environnement de l'agriculture industrielle est venue retrouver ce savoir-faire : "Faire des activités comme ça, ça nous reconnecte à la terre, et après dans les esprits, ça sème beaucoup d'idées. Et là je n'ai plus qu'une envie, c'est démarrer mon propre potager pour ensuite créer ma ferme".

Semer des graines, faire germer des idées, c'est la démarche du fondateur de "Terre et humanisme", école mondialement reconnue. "Pour nous, la notion de terre-mère n'est pas une métaphore, c'est une réalité absolue. Il faut en prendre soin et non pas droguer, polluer de mille manières", déclare Pierre Rabhi.

Le JT
Les autres sujets du JT