Agriculture : les femmes contraintes à la double journée de travail

1 femme d'agriculteur sur 2 est obligée de prendre un travail à l'extérieur pour avoir un complément de revenus. Ces mères de famille assument souvent une double journée de travail.

FRANCE 3

Justine Paupinat est consultante en élevage et sillonne la Nièvre d'une exploitation à l'autre. À 17h30, elle termine sa journée de travail et file chercher sa fille. Sa deuxième journée va commencer, car elle est aussi femme d'agriculteur. À peine rentrée, elle s'occupe de l'exploitation avec son mari. Voilà deux ans que le jeune couple est installé. Son mari ne se verse aucun salaire. C'est donc celui de Justine, 1 350 € par mois, qui fait vivre toute la famille.

Les revenus agricoles des petites exploitations ne cessent de diminuer

À 100 km de là, en Saône-et-Loire, Marie-Jo Beauchamp a aussi eu une double vie. Pendant trente ans, elle a été agricultrice à temps plein aux côtés de son mari. Mais quand leur fils a voulu s'installer, Marie-Jo lui a laissé sa place, la ferme familiale ne dégage pas trois salaires. Chaque jour, elle part donc travailler à l'extérieur. Elle conseille des coopératives d'agriculteurs et oriente leurs choix financiers. Les revenus agricoles des petites exploitations ne cessent de diminuer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des veaux dans une étable à Saint-Firmin (Saone-et-Loire).
Des veaux dans une étable à Saint-Firmin (Saone-et-Loire). (JEFF PACHOUD / AFP)