COP26 : à Rotterdam, une ferme flottante installée sur le port pour "produire une nourriture saine au cœur de la ville"

Aux Pays-Bas, cette ferme flottante ultramoderne et pour le moment unique au monde répond au manque de terres agricoles. Un moyen de faire aussi la promotion de l'économie circulaire et des énergies renouvelables. 

Article rédigé par
Marie-Pierre Vérot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La ferme flottante de Rotterdam aux Pays-Bas avec des vaches laitières. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS)

Des vaches sur l'eau. Voilà ce que l'on peut voir à Rotterdam, aux Pays-Bas, petit territoire vulnérable à la montée des eaux et où la terre agricole est rare. On peut désormais aller au port chercher son lait et ses yaourts. La démarche d'un ingénieur soucieux de rapprocher la ferme de la ville et de favoriser une prise de conscience des consommateurs. Circuits courts, panneaux solaires, la ferme flottante se veut auto-suffisante et durable. Un modèle que ses promoteurs souhaitent maintenant exporter alors que la COP26 débute dimanche 31 octobre à Glasgow en Écosse.

Sur le port de Rotterdam, entre les grues et les porte-conteneurs, une quarantaine de vaches ruminent paisiblement sur une immense barge posée sur l'eau : la première ferme flottante au monde. Peter Van Wingerden, à l'origine de ce projet un peu fou, n'est pas peu fier. "Ici nous produisons une nourriture saine au cœur de la ville, au plus près des consommateurs et selon les principes de l'économie circulaire", affirme l'ingénieur. 

Peter van Wingerden, ingénieur à l'origine de la ferme flottante de Rotterdam. (MARIE-PIERRE VÉROT / RADIO FRANCE)

"Le fumier est transformé en engrais, l'eau de pluie récupérée pour abreuver les vaches, des partenariats sont noués avec les restaurants pour récupérer leurs épluchures, les brasseurs fournissent des résidus de céréales, le stade et le golf de Rotterdam ainsi que les parcs livrent l'herbe coupée", explique Peter Van Wingerden.

Les enfants adorent venir caresser les bovins, acheter le lait, les yaourts et observer les robots. Tout est automatisé. "Il y a le robot qui ramasse le fumier, le tapis roulant qui amène de la nourriture et l'attraction : le robot pour la traite 24 heures sur 24, 7 jours sur 7", s'enthousiasme-t-il

Bientôt un poulailler et un potager sur l'eau

Pas de chance pour ce touriste venu d'Inde, c'est l'hiver, la salle de traite est protégée du vent et fermée aux regards. Mais Peter ne se fait pas prier pour en expliquer le fonctionnement. "Lorsque les vaches veulent qu'on les trait, elles se dirigent vers le robot qui décide si c'est bien leur tour. Il y a un bonbon à la clé et certaines tentent le coup plusieurs fois de suite. Mais le robot dispose de toutes les informations sur une puce et ne se laisse pas duper."

Une ferme flottante et juste à côté des panneaux solaires flottants qui, déjà, fournissent plus de la moitié de l'électricité. Bientôt un poulailler flottant et un potager sur l'eau. Loin d'être anecdotique pour Peter, c'est la solution pour nourrir toujours davantage de monde quand les terres agricoles se font rares.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.