Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A repart à la hausse en août (+ 0,6%)

Légère hausse du chômage en août. On compte 20 000 demandeurs d'emploi sans activité de plus par rapport au mois de juillet, selon les chiffres dévoilés, jeudi, par le ministère du Travail.

Un congrès sur l\'emploi à Villeneuve d\'Ascq (Nord) le 30 septembre 2014.
Un congrès sur l'emploi à Villeneuve d'Ascq (Nord) le 30 septembre 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le chômage a augmenté au mois d'août. Selon les chiffres du ministère du Travail dévoilés jeudi 24 septembre, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, sans aucune activité, a augmenté de 0,6% sur un mois, soit 20 000 personnes en plus par rapport au mois de juillet. Au total, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité s'établit à 3 571 600 personnes, soit une hausse de 4,6% sur un an.

Le chômage diminue toutefois légèrement au mois d'août pour les moins de 25 ans en catégorie A, puisqu'il baisse de 0,1%. Cette baisse est toutefois minime, puisqu'elle ne représente que 700 jeunes demandeurs en moins. Pour les 25-49 ans, le chômage augmente de 0,4% sur un mois et 1,4% pour les 50 ans ou plus.

"Ces chiffres ne sont pas satisfaisants"

Nommée le 2 septembre, la ministre du Travail Myriam El Khomri a déclaré sur son compte Twitter que ces chiffres n'étaient pas satisfaisants, mais qu'elle pensait aux hommes et aux femmes derrière ces chiffres :

La ministre a appelé dans un communiqué à analyser ces mauvais chiffres avec prudence :"Seule la tendance compte", a-t-elle fait valoir, soulignant que "la hausse d'août intervient après une baisse en juillet et une stabilisation en juin".

Le chômage de très longue durée explose

Le chômage de longue durée continue quant à lui de faire tâche d'huile: 2,4 millions de demandeurs d'emploi sont inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an (+0,5% sur un mois). Pire, le chômage de très longue durée (plus de trois ans) explose: +18,6% sur un an. 

 >> Lire aussi : Chômeurs depuis plus d'un an : nous sommes les laissés-pour-compte de la société

Pour l'heure, aucun organisme ne prévoit de recul du chômage si tôt. Avant son départ du gouvernement, l'ancien ministre du Travail François Rebsamen croyait que la baisse pourrait intervenir dès la fin 2015, conforté par l'OCDE et l'Unédic, mais l'Insee, moins optimiste, table sur une légère hausse du taux de chômage à 10,1% (+0,1 point) d'ici à la fin de l'année.

De son côté, le président François Hollande, qui promettait en début de mandat une "inversion de la courbe" en 2013, a repoussé l'échéance à 2016. Sans "baisse crédible" du chômage l'année prochaine, le chef de l'Etat assure qu'il ne briguera pas de second mandat en 2017. Depuis son élection, Pôle emploi a recensé près de 650 000 chômeurs supplémentaires.