Fortes chaleurs dans les hôpitaux : "Des mesures prises depuis 2003", mais parfois "complexes" à mettre en place

Alors que la canicule met à mal le confort des patients et des soignants dans les hôpitaux, la ministre de la Santé Agnès Buzyn pointe jeudi sur France Inter la complexité du processus lancé depuis 2003. "Climatiser, ce n'est pas seulement installer un climatiseur dans une chambre", insiste-t-elle.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 25 juillet 2018, à la sortie du Conseil des ministres.
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 25 juillet 2018, à la sortie du Conseil des ministres. (FR?D?RIC DUGIT / MAXPPP)

Interpellée par des syndicats hospitaliers sur les fortes chaleurs constatées dans certains établissements, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé jeudi 2 août sur France Inter que les leçons de la canicule de 2003 avaient été tirées, mais que les mesures se mettaient en place "au fur et à mesure".

"Nous avons pris des mesures depuis 2003 pour avoir dans tous les lieux de vie et notamment dans les hôpitaux mais aussi dans les maisons de retraite des pièces rafraîchies. Mais il faut les équiper au fur et à mesure, c'est vrai que certains de nos hôpitaux sont très anciens, les bâtiments n'ont pas été pensés pour la climatisation", a-t-elle expliqué.

Climatiser, c'est extrêmement compliquéAgnès Buzyn, la ministre de la santéavec France Inter

"Petit à petit, les hôpitaux ont des pièces rafraîchies, notamment dans les urgences, dans les blocs opératoires, tout cela est climatisé. Et dans certaines chambres de malades, progressivement, nous installons des climatisations", a-t-elle poursuivi. "Mais il faut comprendre que dans un hôpital, il y a des problèmes techniques", a expliqué la ministre. Ce n'est pas seulement installer un climatiseur dans une chambre, c'est beaucoup plus complexe", a-t-elle souligné.

37 degrés à l'hôpital Saint-Antoine (où elle a travaillé)

Interrogée sur les conditions de travail à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, où les températures ont atteint les 37 degrés la semaine dernière, Agnès Buzyn a rappelé qu'elle a "beaucoup travaillé" dans cet établissement. "Je connais bien les conditions de travail [à Saint-Antoine]. Il est évident qu'avec la modernisation des hôpitaux qui se poursuit nous allons adapter les hôpitaux aux épisodes de canicule qui vont être de plus en plus fréquents", a-t-elle assuré.