Nuit debout : le mouvement résiste

Une centaine de personnes qui dormaient encore a été priée de quitter les lieux très tôt ce lundi 11 avril au matin, place de la République à Paris. Les installations fixes ont été démontées par les forces de l'ordre. Le mouvement promet lui de revenir.

France 3

Alors que le jour se lève place de la République ce lundi 11 avril, les manifestants sont priés de quitter les lieux. Pendant qu'ils démontent leurs installations, une centaine de CRS les encerclent. L'évacuation se déroule dans le calme, mais les occupants comptent bien revenir. "À 15h ou 16h, il y aura tout le monde qu'il faut pour remonter cette place à nouveau. On reviendra encore plus nombreux", promet un manifestant.

Nouvelle demande de manifestation déposée

Chaque nuit depuis onze jours, ils s'installaient sur cette place dans l'espoir de faire émerger un mouvement citoyen. Mais la ministre du Travail l'a rappelé, l'autorisation d'occuper les lieux était valable jusqu'à ce lundi. "Cette mobilisation dépasse largement le cadre de la loi. La liberté de manifester, ce n'est pas la liberté de casser ou d'agresser", affirme Myriam El Khomri. La droite, elle, s'insurge contre ces rassemblements autorisés sur la place publique alors que le pays est en état d'urgence. Vers 7h30, l'esplanade était quasiment vide, les structures démontées, la place nettoyée. Mais malgré cette évacuation, le mouvement devrait reprendre ce soir, car une nouvelle demande de manifestation a été déposée.

Le JT
Les autres sujets du JT
La place de la République, le 10 avril 2016, pour la onzième Nuit debout à Paris.
La place de la République, le 10 avril 2016, pour la onzième Nuit debout à Paris. (JOEL SAGET / AFP)