Vous êtes salarié du privé ? Il vous reste jusqu'à mercredi minuit pour alimenter votre compte personnel de formation

Les salariés du privé ont jusqu'au 30 juin pour faire inscrire leurs heures issues de l'ancien droit individuel à la formation dans leur compte personnel formation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
A partir du 1er juillet, les heures du droit individuel à la formation non reportées sur le compte individuel de formation seront perdues. (MAXPPP)

Tic-tac, tic-tac... Le compte à rebours pour transférer ses droits individuels à la formation (DIF) prendra fin, mercredi 30 juin, à minuit, pour des millions de salariés du privé invités à alimenter leur compte personnel de formation (CPF). Si vous ne vous en êtes pas encore préoccupé, voici un petit guide qui pourrait vous permettre de bénéficier d'une belle cagnotte pour la suite de votre carrière.

C'est quoi, cette histoire de transfert ?

Jusqu'en 2014, les salariés à temps complet étaient crédités de 20 heures de formation par an. En 2015, le compte personnel de formation a pris le relais du droit individuel à la formation. Cette réserve est désormais alimentée, dans la plupart des cas, à hauteur de 500 euros par an, et non plus en heures. Problème : la bascule entre le DIF et le CPF n'a pas été automatique pour les salariés du privé, contrairement aux agents publics. Il leur appartient donc de transférer leurs droits acquis de 2008 à 2014 vers leur nouveau compte, sous peine de perdre jusqu'à 120 heures de formation potentielle, soit 1 800 euros. Pour la moyenne des salariés, le montant à récupérer est de 1 200 euros.

Si vous faites cette démarche, et que vous n'avez jamais pioché dans votre capital formation, celui-ci pourra s'élever jusqu'à 4 300 euros, dont 2 500 euros épargnés automatiquement depuis 2015. Chaque compte possède un plafond qui ne peut être dépassé : 5 000 euros pour la plupart des salariés et 8 000 pour les salariés peu ou pas qualifiés. Parmi les formations les plus demandées figurent les langues, le numérique, le permis B ou le Caces pour la conduite d'engins.

Comment dois-je m'y prendre ?

Première étape : plongez dans vos archives et retrouvez votre bulletin de salaire de décembre 2014 ou janvier 2015, où doit figurer le solde de votre DIF au moment de la bascule. Si vous ne retrouvez pas votre fiche de paie, vous pouvez demander votre cumul d'heures à votre employeur ou demander une attestation de la part de la Caisse des dépôts, qui gère le CPF, afin de récupérer vos droits (toute demande adressée avant le 1er juillet sera prise en compte). Si vous aviez plusieurs employeurs, il faut cumuler les heures inscrites sur les différentes fiches.

Deuxième étape : munissez-vous de votre numéro de Sécurité sociale, rendez-vous sur le site moncompteformation.gouv.fr et, si vous n'en avez pas encore un, créez votre compte. La marche à suivre est expliquée dans cette vidéo de la Caisse des dépôts.

Méfiez-vous des fraudes, qui se sont multipliées à l'approche de la date butoir. De nombreux salariés ont été sollicités, par SMS ou par téléphone, par des organismes qui les encourageaient à s'inscrire en urgence à une formation, au risque sinon de perdre leurs droits. En décembre, la Caisse des dépôts avait affirmé avoir déposé sept plaintes pénales visant 21 organismes de formation soupçonnés de fraude, pour un préjudice évalué à 10 millions d'euros. 

Suis-je seul à avoir traîné des pieds ?

Le ministère du Travail a avancé, à la mi-juin, que "6,33 millions de compteurs DIF au total ont été renseignés par leur titulaire depuis 2015". Après un démarrage poussif, le CPF commence à rencontrer un timide succès. Le nombre de formations demandées depuis le lancement du compte s'élève désormais à 1,6 million, sur un total de 30 millions d'actifs. Si vous souhaitez utiliser votre CPF, une fiche pratique est disponible sur le site du ministère du Travail.

Selon la Fédération de la formation professionnelle, au début du mois, il restait toutefois 10 millions de Français qui n'auraient pas procédé à ce transfert, soit un marché potentiel estimé à 12 milliards d'euros. Déplorant ces heures de formation perdues, la CGT considère qu'elles "auraient dû être intégrées automatiquement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit à la formation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.