Rentrée universitaire : des frais en hausse de 7,38% sur un an, "véritable flambée" du prix des mutuelles étudiantes, selon la Fage

Pour un prix moyen de 411,13 euros, les mutuelles étudiantes enregistrent une augmentation de 32% entre 2021 et 2022.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants dans un amphithéâtre d'université. Image d'illustration. (PIERRE DESTRADE / MAXPPP)

Une "véritable flambée" des prix des mutuelles étudiantes pour la rentrée 2022. C'est l'une des principales conclusions de l'étude annuelle de la Fage sur le coût de la vie étudiante, consultée par franceinfo lundi 15 août.

>>Coût de la vie étudiante : "Nous voulons la création d'une allocation d'autonomie universelle", demande la présidente de l'Unef

Avec un prix de 411,13 euros en moyenne, ces complémentaires santé enregistrent en effet une augmentation de 32,21% entre 2021 et 2022. Dans le détail, cette hausse est de 28,08% en Ile-de-France et de 34,01% en région.

Cette augmentation des prix s'explique par l'état des finances des mutuelles, qui ne perçoivent notamment plus depuis 2019 la cotisation annuelle de 217 euros payée par les étudiants à la Sécurité sociale.

Face à cette "flambée" du coût des complémentaires santé, la Fage réclame des mesures, dont "le rattachement des étudiants boursiers à la complémentaire santé solidaire" et "l'évolution des services de santé universitaires en centres de santé étudiants, coordonnant l'ensemble de l'offre de soin".

Les mutuelles étudiantes ne sont pas les seules concernées par une augmentation des prix : entre 2021 et 2022, l'ensemble des frais universitaires augmente de 7,38% pour atteindre 2 527 euros en moyenne selon la Fage, soit davantage que l'inflation établie à 6,1% en juillet. Ces frais de rentrée passent en effet de 1 132,44 euros à 1 164,36 euros en région et de 1 351,14 euros à 1 374,70 euros en Ile-de-France sur un an, détaille l'étude de la Fage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aides

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.