Les femmes vont travailler "bénévolement" à partir de 11h44 ce vendredi

Le calcul a été effectué par la newsletter Les Glorieuses.

Tous secteurs confondus, la différence de salaires entre hommes et femmes est de 15,8%, à compétences égales, selon les chiffres d\'Eurostat réactualisés en 2017.
Tous secteurs confondus, la différence de salaires entre hommes et femmes est de 15,8%, à compétences égales, selon les chiffres d'Eurostat réactualisés en 2017. (MICHELE CONSTANTINI / ALTOPRESS / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les écarts de salaires entre femmes et hommes persistent. Tous secteurs confondus, la différence est de 15,8%, à compétences égales, selon les derniers chiffres d'Eurostat. La newsletter Les Glorieuses a fait le calcul et a montré, vendredi 27 octobre, que les femmes vont travailler "bénévolement" pendant 39,7 jours ouvrés en 2017. Dans le détail, cette année les femmes vont travailler "gratuitement" à partir du vendredi 3 novembre à 11h44.

Pour marquer l'événement, Les Glorieuses ont lancé une pétition en ligne et un hashtag : #3Novembre11h44. Plusieurs facteurs expliquent ces inégalités salariales, selon une étude des Glorieuses : "La sphère privée influe sur la sphère publique, une répartition genrée au niveau des études supérieures, des métiers et des postes à responsabilité une internalisation des stéréotypes, des inégalités devant les négociations salariales."

"Il y a une stagnation des écarts de salaires"

Si les écarts existent toujours, ils ne se creusent pas. "Il y a une stagnation des écarts de salaires entre femmes et hommes", a déclaré sur franceinfo Brigitte Grésy, secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Et de préciser : "Au fil des années, l’écart diminue, mais de très peu. Il s’est réduit de 2 points en quelques années."

Reste à savoir quand ces disparités salariales réduiront drastiquement. Des efforts sont possibles et pour Brigitte Grésy, "il faut également travailler sur l’accompagnement aux sociétés. 83% des grandes entreprises ont signé un accord sur l’écart des salaires. Il faut maintenant les aider, travailler avec elles sur la notion d’objectif de progression, d’indicateur, que les entreprises doivent s’approprier".