Ce que pensent les Français du "non" au référendum grec

A Rennes, une équipe de France 2 est allée à la rencontre des habitants pour recueillir leurs impressions au lendemain du référendum grec.

FRANCE 2

En France, le référendum grec sur les plans des créanciers européens suscite un certain intérêt. A Rennes (Ille-et-Vilaine), les réactions sont contrastées ce lundi 6 juillet, au lendemain de la victoire nette du "non".

Un homme salue ce résultat. "Ça ne résoudra pas tous les problèmes, mais au moins, ça donne une bonne petite claque aux eurocrates. (...) On ne peut pas traiter les gens n'importe comment", déclare-t-il à France 2. Entre vendeurs de journaux, les avis divergent. "Le fait d'avoir dit non, c'est peut-être de la démagogie", estime un jeune homme, quand sa collègue martèle "'Oxi' ('Non') à fond !".

"Ce n'est pas à nous de payer"

Une crainte majeure est partagée : celle qui les Grecs ne remboursent jamais leur dette. "Les Grecs n'ont pas fait ce qu'il fallait faire. Ce n'est pas à nous de payer aujourd'hui pour ce qu'ils n'ont pas fait précédemment", résume un Rennais. Désormais, tous s'interrogent sur l'avenir du pays dirigé par Alexis Tsipras.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les Grecs sont invités à se prononcer sur le futur de leur pays, dimanche 5 juillet 2015, à l\'occasion d\'un référendum.
Les Grecs sont invités à se prononcer sur le futur de leur pays, dimanche 5 juillet 2015, à l'occasion d'un référendum. (DADO RUVIC / REUTERS)