"Pause" du plan Ecophyto : une mesure dénoncée par les associations écologistes et EELV

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Le gouvernement a annoncé que le plan Ecophyto, visant à réduire de 50% l'utilisation de pesticides, sera "mis en pause" le temps de le retravailler. Une mesure décriée par les associations écologistes et le parti Europe Écologie – Les Verts (EELV).
"Pause" du plan Ecophyto : une mesure dénoncée par les associations écologistes et EELV Le gouvernement a annoncé que le plan Ecophyto, visant à réduire de 50% l'utilisation de pesticides, sera "mis en pause" le temps de le retravailler. Une mesure décriée par les associations écologistes et le parti Europe Écologie – Les Verts (EELV). (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - J.Klein, A.Vallée
France Télévisions
franceinfo
Le gouvernement a annoncé que le plan Ecophyto, visant à réduire de 50% l'utilisation de pesticides, sera "mis en pause" le temps de le retravailler. Une mesure décriée par les associations écologistes et le parti Europe Écologie – Les Verts (EELV).

Entre production et écologie, le gouvernement a tranché. Le plan Ecophyto, visant à réduire de 50% l'utilisation de pesticides, sera "mis en pause" le temps de retravailler certains aspects et de le simplifier. La volonté formulée par le gouvernement est de sortir de l'écologie punitive. Un plan qui est loin de plaire aux associations écologistes.

250 millions pour trouver des alternatives, selon Matignon

Du côté d'Europe Écologie – Les Verts (EELV), c'est la même tonalité. "Qu'est-ce qu'on dit aux agriculteurs qui sont malades des pesticides, et qui gagnent même leurs procès contre les fabricants de pesticides ? (...) Ça fait 15 ans qu'on nous promet une baisse de l'utilisation des pesticides, et que ça ne se fait pas", a déploré Marine Tondelier, secrétaire nationale d'EELV, dans les 4 Vérités sur France 2, vendredi 2 février au matin. Selon Matignon, le gouvernement a mis 250 millions d'euros sur la table pour trouver des alternatives aux pesticides.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.