Comment Uber cherche à débaucher des chauffeurs de taxis

La société Uber, spécialisée dans la mise en relation avec des véhicules de tourisme avec chauffeur, tente de recruter des chauffeurs de taxis. Depuis quelques semaines, la société californienne leur envoie des courriers les incitant à travailler avec elle. Ce qui irrite quelque peu la profession.

(Les taxis se sont mobilisés à plusieurs reprises contre Uber et les VTC © MAXPPP)
avatar
Jérôme JadotRadio France

Mis à jour le
publié le

La lettre signée Uber est cordiale. Elle appelle les chauffeurs de taxis par leur prénom. Rémi, artisan taxi parisien, a eu la grande surprise d'en recevoir une dans sa boîte aux lettres : "Ils me proposent de venir travailler chez eux , raconte-t-il. J'ai rigolé parce que quand on est propriétaire de sa licence, on ne va pas l'abandonner pour rejoindre une multinationale américaine. Je trouve qu'ils sont un peu gonflés !" 

A LIRE AUSSI ►►► Deux dirigeants d'Uber renvoyés en correctionnelle ce mercredi

Uber a besoin de milliers de chauffeurs rapidement

D'autres chauffeurs de taxis ont été démarchés à Bordeaux ou encore à Strasbourg. Des chauffeurs disposant généralement d'une licence pour du transport public collectif jusqu'à neuf personnes, mais pas de licence VTC. Ce qui suscite des craintes à la Fédération nationale du taxi présidée par Christophe Vanlierde : "Uber tenterait-il maintenant de déréglementer le transport public collectif ? C'est la question qu'on se pose."

"Uber relance des étincelles dans le milieu du taxi", regrette Christophe Vanlierde
--'--
--'--
Uber explique simplement avoir besoin de chauffeurs rapidement, après en avoir notamment perdu 10.000 avec l'interdiction d'UberPop. Mais la formation et les formalités prenant désormais huit mois, Uber cible désormais des professionnels opérationnels sans délai. Démarchage pour lequel la société américaine dit utiliser des fichiers publics du ministère des Transports. 

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous … Uber