Cet article date de plus de huit ans.

Calais : le port bloqué par des marins de MyFerryLink

La colère des marins de la compagnie maritime est montée d’un cran lundi, après le refus d’un sursis par le tribunal. Sea France n’exploitera plus les navires d’Eurotunnel à compter de mercredi soir.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Pas de sursis pour l'exploitation de MyFerryLink par Sea France © MaxPPP)

Les administrateurs de la Scop Sea France espéraient de la justice un changement de calendrier pour éviter la date butoir du mercredi 2 juillet. Le sursis a été refusé lundi par le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer. La date sonne bel et bien la fin des contrats qui lient la Scop à MyFerryLink, autrement dit l'exploitation des ferries appartenant à Eurotunnel. Le propriétaire va vendre deux de ses navires à un groupe danois, DFDS. Après une première démonstration de colère la semaine dernière, les marins ont relancé des actions lundi après-midi.

A LIRE AUSSI ►►►Eurotunnel ne va pas renouveler son contrat avec MyFerryLink

Des passerelles inaccessibles

Les marins en colère de la SCOP Sea France bloquent le port de Calais en empêchant les accès aux navires. Les bateaux de MyFerryLink sont touchés par ces actions, mais aussi ceux de la compagnie P&O.

Le site d’Eurotunnel, également à Calais, n’est pas visé par les blocages  menés depuis lundi après-midi. Le responsable du syndicat maritime Nord, majoritaire chez Sea France, a jugé le choix du tribunal "scandaleux et surprenant ". Ce syndicaliste, Eric Vercoutre, a toutefois précisé qu’il gardait espoir, en faisant référence à une demande du tribunal.

"L'espoir, c'est que le tribunal a exigé d'avoir le contrat annoncé entre Eurotunnel et DFDS avec une astreinte en cas de non présentation, on va voir ce que cela donne".

L'espoir est mince d'autant que le site internet de MyFerryLink annonce que les réservations de traversées de la Manche vers Douvres en Grande-Bretagne sont terminées à compter du jeudi 2 juillet. Les marins de la Scop sont d’autant plus déçus qu’ils comptaient sur un sursis de deux mois pour peaufiner leur dossier de reprise, qu’ils présentent comme une alternative à la vente des ferries opérée par Eurotunnel. 

A VOIR AUSSI ►►►Expliquez nous...MyFerryLink

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.