Éducation : l’État a-t-il les moyens financiers d'assurer la hausse de la prime des instituteurs ?

Le gouvernement devrait confirmer, mardi 3 mai, une hausse de la prime des enseignants de maternelle et de primaire. Hervé Gaudechot fait le point sur le plateau de France 3.

FRANCE 3

Selon toute vraisemblance, l'État va réhausser la prime des enseignants de maternelle et de primaire demain, mardi 3 mai. "Cette augmentation de la prime des instituteurs va coûter 265 millions d'euros" à l'État, explique Hervé Godechot. "Ils viennent s'ajouter aux 600 millions de revalorisation du point d'indice des fonctionnaires ou au milliard des primes à l'embauche", ajoute-t-il. Au total, depuis le début de l'année, l'État a déjà lâché plus de 4 milliards d'euros de dépenses supplémentaires par rapport à ce qui était prévu initialement.

Réserve de précaution

"Selon Bercy, l'État a les moyens de ces dépenses grâce à une tirelire : la réserve de précaution", indique Hervé Gautchot.Tous les ans, chaque ministère doit geler une partie de son argent en attendant l'autorisation de le dépenser ou l'obligation de le rendre. Cette année par exemple, sur 100 euros de budget, chaque ministère ne dépensera en réalité que 92 euros en moyenne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des billets de banque en euro, le 29 août 2014 à Hambourg (Allemagne).
Des billets de banque en euro, le 29 août 2014 à Hambourg (Allemagne). (DANIEL REINHARDT / DPA)