Carburant : les gilets jaunes pas convaincus par les mesures

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé plusieurs mesures pour calmer la grogne face à la hausse du prix du carburant. Mais cela ne suffit pas pour les gilets jaunes, pas décidés à annuler le mouvement du 17 novembre.

France 3

Les gilets jaunes ne décolèrent pas. Ils poursuivent leurs actions, comme ici en Bretagne. Les annonces du gouvernement ne les ont pas convaincus. "C'est surtout un gros coup de com'. C'est une motivation supplémentaire pour nous", témoigne l'un des membres du mouvement. Ce mercredi 14 novembre, le Premier ministre a pourtant annoncé diverses mesures pour tenter de calmer la grogne sur les ondes de RTL. "Nous n'allons pas annuler les hausses du prix du carburant", a toutefois assuré Édouard Philippe.

"C'est beaucoup trop tard"



Première mesure : la prime à la conversion va augmenter pour les foyers modestes qui accepteront de se débarrasser d'un vieux véhicule polluant. Une autre mesure concerne les indemnités kilométriques. Un abattement fiscal est prévu pour les conducteurs faisant beaucoup de route, tout comme une aide financière pour les entreprises qui remboursent le covoiturage.

Mais cela ne convainc pas l'une des initiatrices du mouvement des gilets jaunes. "C'est beaucoup trop tard pour commencer une quelconque négociation sur le sujet, il fallait commencer beaucoup plus en amont", assène Priscillia Ludosky, à l'origine d'une pétition contre la hausse du prix du carburant. Il reste 48 heures au gouvernement pour désamorcer une crise qui semble concerner bien des Français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des automobilistes en colère dans les rues de Narbonne (Aude), le 9 novembre 2018.
Des automobilistes en colère dans les rues de Narbonne (Aude), le 9 novembre 2018. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)