Pourquoi le prix des carburants, diesel en tête, atteint des records

Depuis début janvier, les prix à la pompe de l'essence, mais surtout du diesel, grimpent. En cause principalement : une augmentation des taxes de l'Etat et des marges des distributeurs.

Une station-service à Toulouse (Haute-Garonne), le 15 janvier 2018.
Une station-service à Toulouse (Haute-Garonne), le 15 janvier 2018. (MAXPPP)

Les prix des carburants à la pompe poursuivent leur hausse. Diesel, sans plomb 95 et sans plomb 98 affichent une augmentation d'environ 1,5 centime par litre par rapport à la semaine précédente, selon les données publiées lundi 14 mai par le ministère de la Transition écologique. On vous explique cette flambée des prix dans les stations-service.

A combien s'élèvent les prix des carburants ?

Le litre de gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80% des volumes, a atteint en moyenne 1,4387 euro, vendredi 11 mai, selon les dernières données du ministère. Le tarif du diesel talonne le record atteint il y a huit ans : en août 2012, le litre de gazole avait flirté avec 1,46 euro le litre.

Le litre d'essence SP95 s'affiche à 1,5201 euro, en progression de 1,61 centime. Le SP98 a atteint 1,5860 euro le litre, en hausse de 1,45 centime.

Comment expliquer cette hausse ?

Le prix des carburants varie en fonction des cours du pétrole, du taux de change euro-dollar, du niveau des stocks de produits pétroliers, de l'évolution des taxes et de celle de la demande. Si la hausse du prix du baril peut expliquer en partie le prix à la pompe, "son impact a été assez largement amorti par la forte appréciation de l’euro relativement au dollar", explique l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers CLCV, à franceinfo.

Une augmentation des marges des distributeurs. Pour la CLCV, "l'augmentation structurelle des marges de distribution" est en cause. "La France a longtemps été le pays avec une forte concurrence dans la distribution de carburant", souligne l'association, qui note que les grandes surfaces ont longtemps pratiqué "des marges de l'ordre de 6 à 7 centimes le litre, correspondant aux plus basses d’Europe". Mais, depuis le début de cette décennie, la CLCV remarque que cette marge atteint "une dizaine de centimes le litre", avec "parfois des hausses ponctuellement fortes". Une information démentie par le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), qui assure que les marges des stations-service n'augmentent pas autant.

Une hausse des taxes. Les taxes sur le carburant représentent plus de 60 % du prix du diesel. La récente augmentation des taxes, qui ont "du fait de la hausse de la contribution climat-énergie", ou "taxe carbone" est aussi en cause, pour la CLCV. L'association appelle donc "les pouvoirs publics à interrompre leur politique d'augmentation des taxes sur le carburant". "La hausse de la fiscalité écologique est avant tout une mesure de rendement fiscal" qui "heurte le portefeuille des particuliers", juge l'association. Cette fois, le CNPA est d'accord. "On a pris au 1er janvier 2018 à peu près 9 centimes sur le gazole et 6 centimes sur le sans plomb", confirme l'organisation. Et cette hausse "se répercutera à peu près de manière aussi importante d'ailleurs au 1er janvier 2019", prévient l'organisation.

Pourquoi le prix du diesel a-t-il explosé ?

Au 1er janvier 2018, les taxes sur le diesel ont été relevées de 7,6 centimes par litre, tandis que celles sur l'essence ont pris 3,9 centimes. L'objectif de l'État est clair : aligner la fiscalité du diesel sur celle de l'essence, d'ici 2021. Les effets de cette hausse ont été immédiatement ressentis. Dès le 5 janvier, le prix moyen du litre de gazole a atteint 1,39 euros, soit 12 centimes de plus que le mois précédent. Le diesel a ainsi atteint, en 2018, les mêmes prix que l'essence en 2017, comme le montre ce graphique.