L'Europe fait marche arrière sur le diesel

 Elle accepte un assouplissement des normes d'émission de gaz polluants pour les moteurs diesel. En échange les tests n'auront plus seulement lieu en laboratoire, mais aussi sur route.  

FRANCE 3
La décision est venue de Bruxelles. Dans les prochaines semaines, tous les nouveaux véhicules diesel seront autorisés à polluer plus. Par exemple pour les oxydes d'azote particulièrement nocifs, les voitures pourront émettre 2,1 fois plus qu'aujourd'hui. Les écologistes dénoncent la pression exercée par les lobbys des constructeurs automobiles sur la Commissoon européenne. "En plein scandale Volksawagen alors que l'on sait que  le diesel aujourd'hui en Europe, c'est 100 000 morts prématurés par an, on a des gouvernements européens qui sabotent une loi de protection de la santé et de l'environnement pour servir ces constructeurs automobiles qui ont trompé, qui ont triché", commente Yannick Jadot, député européen EELV. 

"Point positif"

Pneus surgonflés, voitures allégées, vitesse inadaptée, les tests réalisés en laboratoire n'étaient pas vraiment fiables. Il permettait au constructeur de laisser croire que le véhicule polluait quatre fois qu'en réalité. Désormais les règles ont changé : toutes les voitures diesel seront contrôlées en conditions réelles. Mais pour imposer ces contrôles plu sévères, les Etats ont dû accepter d'abaisser leurs normes.  "C'est insuffisant, c'est même très insuffisant, mais c'est une première étape, le point positif c'est que les contrôles des véhicules seront faits en circulation réelle, c'est-à-dire des vrais contrôles", a commenté Ségolène Royal .
 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une pompe à essence délivrant du diesel, à Mulhouse (Haut-Rhin), le 1er octobre 2014.
Une pompe à essence délivrant du diesel, à Mulhouse (Haut-Rhin), le 1er octobre 2014. (MAXPPP)