Carlos Ghosn : le PDG de Renault a clamé son innocence

Lors de son audition devant les juges à Tokyo (Japon), Carlos Ghosn a nié les faits qui lui sont reprochés, et espère être mis en liberté sous caution.

Carlos Ghosn s'est présenté au tribunal de Tokyo (Japon) au matin du mardi 8 janvier en costume sombre, les mains menottées, des cordes autour de la taille et avec des chaussures en plastique aux pieds. Amaigri, le PDG de Renault a défendu son action à la tête de Nissan. "J'ai dédié deux décennies de ma vie à redresser Nissan et à construire l'alliance", a-t-il clamé devant les juges.

"Je suis accusé à tort"

Arrêté le 19 novembre dernier, Carlos Ghosn est accusé d'avoir caché une partie de ses revenus au fisc japonais, mais il est aussi soupçonné d'avoir fait couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels. Ce qu'il nie en bloc. "J'ai agi avec honneur, légalement, et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie", a assuré Carlos Ghosn. "Je suis accusé à tort, et détenu de manière injuste", a-t-il pointé afin d'espérer une mise en liberté éventuelle. Mais sans grand espoir, selon ses avocats.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un portrait de Carlos Ghosn lors de sa première audience au tribunal de Tokyo est diffusée à la télévision japonaise.
Un portrait de Carlos Ghosn lors de sa première audience au tribunal de Tokyo est diffusée à la télévision japonaise. (BEHROUZ MEHRI / AFP)