Une liaison directe de 20 heures entre Sydney et Londres : ce que promet la compagnie Qantas aux passagers du plus long vol du monde

Un contrat a été signé lundi matin entre la compagnie australienne et l'avionneur européen. Il porte sur l'acquisition de près de 150 avions, et notamment une douzaine d'A350-1000 qui seront utilisés pour assurer un trajet direct au départ de Sydney vers des villes telles que Londres et New York à partir de 2025.

Article rédigé par
Grégory Plesse, édité par Thomas Destelle - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un Airbus A350-1000 circule à l'aéroport international de Sydney, le 2 mai 2022. (WENDELL TEODORO / AFP)

Journée radieuse pour Airbus, qui a signé lundi 2 mai à Sydney un contrat portant sur l'acquisition de 146 avions par la compagnie Qantas. Ces avions sont destinés à remplacer l’ensemble de sa flotte, assurant les vols intérieurs au cours des dix prochaines années.

Aux quelques quatre milliards d’euros que va rapporter ce contrat, s’ajoute le prestige de fournir 12 Airbus A350-1000 qui assureront à partir de 2025 le vol le plus long du monde. Un trajet de 20 heures pour relier sans escale Sydney à Londres et New York. Au détriment du concurrent américain Boeing, dont le 787 Dreamliner n’a pas été retenu.

"Project Sunrise"

Au-delà de l'aspect économique - il s’agit du plus gros contrat signé par Qantas depuis sa création il y a 101 ans -, il y a aussi l'exploit aéronautique : jamais un vol régulier avec passager ne durera aussi longtemps. Ce très long courrier de près de 20h entre la capitale britannique et Sydney en Australie bat donc de plusieurs minutes les liaisons régulières déjà existantes. Singapore Airlines exploite actuellement le plus long vol commercial sans escale au monde entre Singapour et New York, qui dure environ 19 heures.

Dans le cadre de son "Project Sunrise", la compagnie australienne a effectué des vols tests pour les vols long-courriers en 2019, y compris un vol d'essai Londres-Sydney de 17.750 kilomètres, qui a duré 19 heures et 19 minutes... et quelques 101 tonnes de kérosène. La même année, un vol test New York-Sydney long de 16.200 km a duré un peu plus de 19 heures. Quatre pilotes s'étaienta lors relayés aux commandes durant le vol. Le nouvel avion -  propulsés par des turboréacteurs Rolls-Royce Trent XWB-97, conçus pour être 25% plus économes en carburant que la génération précédente d'avions - réduirait les émissions d'au moins 15% s'il fonctionnait avec des combustibles fossiles, et davantage s'il utilisait du carburant d'aviation durable, a-t-il assuré. 

Un lit séparé, un fauteuil inclinable et une armoire

Le président de Qantas, Alan Joyce, assure ainsi que "toute ville (sera) à un vol seulement de l'Australie" et d'affirmer que "C'est la frontière finale et la solution définitive contre la tyrannie de la distance". Ce vol ultra long courrier nécessite toutefois quelques adaptations : en premier lieu, Airbus va ajouter un réservoir supplémentaire de carburant, indispensable pour un vol non stop de 17 000 km. Et puis il y a le confort à bord. "Comme vous vous en doutez, la cabine est spécialement conçue pour un maximum de confort pour les vols long courriers" a glissé le président.  Les passagers de première auront ainsi le luxe de dormir dans un vrai lit et pourront bénéficier d'un fauteuil inclinable et d'une armoire.

Mais comme l’a rappelé Alan Joyce, le PDG de Qantas, ceux qui voyageront en classe éco ne seront pas oubliés : "Il y aura dans l’avion une zone bien être. Une zone dédiée où les gens pourront faire de l’exercice et s’hydrater. C’est une zone que nous estimons très importante pour les passagers qui prennent ces vols très long courrier." Pour cela, il a fallu enlever des sièges, il n’y en aura que 238, une centaine de moins que ce qu’on trouve habituellement sur ce type de vols. Mais le patron l'assure : l’espacement entre les sièges sera le plus important du marché.

La fatigue de pilotes

Reste aussi à déterminer comment les pilotes vont faire face à la fatigue lors de ces voyages particulièrement longs : en début d'année, une étude interne de Qantas avait révélé que les pilotes de la compagnie aérienne australienne qui ont peu, voire pas volé pendant presque deux ans de crise sanitaire, semblent avoir perdu quelques unes de leurs réflexes. Lors des vols expérimentaux, l'Australian and International Pilots Association (AIPA), syndicat qui représente les pilotes de la compagnie, s'était d'ailleurs inquiétée de savoir si le temps de repos des pilotes, au cours de ce vol, a été d'une qualité suffisante pour que leurs performances demeurent optimales, demandant une "étude scientifique à long terme" sur l'impact de ces vols sur les équipages. 

Enfin, le luxe de ce voyage sera, bien sûr, un peu plus cher qu’un vol classique avec escale. "Il y aura un petit surcoût pour ce vol direct mais les prix en classe éco resteront très proches de nos tarifs actuels", explique le PDG de Qantas. Il prévoit donc des départs non seulement depuis Sydney, mais aussi depuis Melbourne et même Brisbane dans les années à venir. Et il peut se montrer optimiste : depuis 2018, Qantas opère un vol direct de 17 heures entre Perth et Londres. Une liaison qui est la plus rentable du réseau pour la compagnie australienne. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aéronautique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.