Vol de matériel agricole : sécurité et prévention

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 09/04/2014Durée : 00h40

David Pujadas : Merci Didier Lauru d'avoir répondu à nos questions. La mise en acte de l'horreur, peut-être à cause de la jalousie, est un franchissement.

Changement de mode de vie dans les campagnes, notamment pour les agriculteurs. Face à la recrudescence des cambriolages, l'investissement dans la sécurité est en plein essor.

Dans ce village de la Meuse, une seule nuit aura suffi aux voleurs. 4 cambriolages, tous dans des exploitations agricoles. C'était en septembre dernier.

Ils passent par l'arrière des habitations. Ils coupent tous les grillages. Ils sont rentrés dans l'atelier du voisin pour le voler.

Eux sont producteurs de lait. Une nuit, les voleurs s'en sont pris à leur atelier. Butin : 5 000 euros.

Deux tronçonneuses, meuleuses, débroussailleuses. Ils ont pris tout ce qu'ils pouvaient emporter.

La fin d'un sentiment de tranquillité pour ces agriculteurs.

On vit dans une certaine sécurité ici, une sécurité apparente. C'est pour cela que le choc a été important sur les populations, c'était une première.

10 communes touchées en 3 jours, 140 cambriolages et parfois de lourdes pertes. Cet agriculteur venait d'acheter un tracteur neuf pour 90.000 euros. Les voleurs le lui ont dérobé en pleine nuit.

Ils ont été discrets, mon frère qui habite au-dessus n'a rien entendu.

Ils ont agi comment selon vous.

Ils ont été plusieurs, ils ont démarré le tracteur et ils sont partis avec.

Qui sont ces voleurs ? Comment procèdent-ils ? Ils ont choisi leurs cibles de part et d'autre d'une route nationale pour pouvoir fuir rapidement. En 6 mois, les gendarmes ont arrêté la bande en Roumanie. Leur butin : de l'outillage agricole et du matériel en tout genre. Le réseau est bien organisé mais pas spécialisé.

Ils peuvent très bien changer d'activité, ce qu'ils ont fait en Allemagne en se concentrant sur les métaux. Ils répondent a des commandes particulières de leurs organisations.

Certains agriculteurs découvrent un monde peu familier: les équipements de sécurité. Panneaux d'avertissement, caméras infrarouges, 5.000 euros de matériel haute technologie.

Dans cette exploitation, les vols de poissons durent depuis 3 ans. Déjà 30.000 euros de préjudice pour le pisciculteur. Le dernier vol remonte à 15 jours.

Dès que j'avais la confirmation que des individus me volaient, j'ai appelé le 17. L'arrivée des gendarmes les a mis en fuite. Ils venaient de vider ces bassins.

Le flagrant délit, le meilleur moyen d'arrêter ces réseaux. En Charente, depuis 4 mois, les gendarmes se sont lancés dans la prévention. Ils font eux-mêmes sur place le diagnostic sécurité.

Il est important de mettre en place une détection électronique.

Ce viticulteur croit son stock bien protégé dans le hangar. Pas si sûr.

Ton bois est solide mais il n'y a qu'un seul point d'ancrage. C'est trop juste.

Une porte qui résiste mieux, c'est quelques minutes de perdues pour les cambrioleurs. Et des chances supplémentaires de les arrêter. Ces vols ont augmenté de 15% en un an.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==