Travail le dimanche : la confusion

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 30/09/2013Durée : 00h40

Aujourd'hui, il est difficile de s'y retrouver. Qui peut ouvrir le dimanche et sous quelles conditions.

Le dimanche, un magasin de meubles, c'est ouvert. De bricolage, fermé. L'alimentaire, fromagerie, boucherie, ouverts. Difficile de s'y retrouver. A Paris par exemple, sur les Champs-Elysées, les consommateurs peuvent faire leurs courses le dimanche. Alors qu'à quelques rues de là, boulevard Haussmann et les grands magasins, tout est fermé. A Gennevilliers, ce centre commercial est lui ouvert. Pour s'y retrouver dans ce maquis juridique, il faut d'abord distinguer les magasins de bouche. Les commerces alimentaires bénéficient d'une dérogation. Depuis le début du XXe siècle, ils ont l'autorisation d'être ouverts tous les dimanches matin jusqu'à 13 heures. Certains commerces non-alimentaires comme les fleuristes, les bureaux de tabac et les magasins de meubles bénéficient de la même dérogation mais pour toute la journée. Depuis 2009, la loi autorise l'ouverture dominicale dans les périmètres d'usage de consommation exceptionnelles (PUCE). Il y en a uniquement dans les villes de plus d'un million d'habitants. Dans ces zones, les salariés sont payés double. Enfin, les zones de fortes affluences.

Sur les Champs-Elysées, les commerces peuvent ouvrir le dimanche car il y a une activité touristique forte. En France, 600 communes ont obtenu ce statut dérogatoire.

Dans ces zones touristiques, pas de compensation financière pour les salariés.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==