Solliès : abondantes figues de Méditerrannée

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 22/09/2014Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre dossier alimentation avec le fruit de saison par excellence. En Méditerrannée c'est la figue, et la récolte bat son plein. Une variété bénéficie même d'une appellation d'origine protégée, c'est celle de Solliès. Elle est cultivée dans le Var, au nord-est de Toulon, sur un territoire qui couvre 15 communes. Cela représente 75% de la production française. Et cette année il y a des fruits en abondance.

C'est une cueillette qui commence par une promenade, le nez en l'air.

Là-bas, je crois qu'elles sont pas mal, bien calibrées, bien grosses.

Chaque matin, Béatrice Lambert inspecte ses 300 figuiers, et ne tend la main que vers les plus beaux fruits, ni trop verts, ni trop noirs. Ici, pas de machines, mais un geste ancestral.

Pour cueillir une figue, il faut la saisir entre les doigts, la tourner délicatement et faire attention au lait de figue qui coule, et qui est très irritant pour la peau.

La figue de Solliès ne se cultive que dans le bassin du Gapeau. Ensolleillement et températures y sont parmi les plus élevés de France.

Cette figue bien rouge à l'intérieur sera un peu sucrée, parfaite.

Une petite boule noire labellisée AOP depuis deux ans. A la fin de la journée, elle apporte sa récolte à la coopérative, où on la trie, calibre, emballe, et, sur 70 m de tapis, la figue se dévoile sous toutes ses coutures.

Toutes les figues passent sur le premier tapis de triage, où vont être écartés les fruits Les autres vont passer le scanner et chaque figue va être analysée sous 50 postures différentes avant d'être calibrée et pesée.

En à peine 3 mois, 1000 tonnes de figues sortent de cette chaîne, pour partir dans toute la France. Attention, il n'y en aura pas pour tout le monde.

L'appellation AOP permet à la figue de Solliès de se positionner sur le marché comme gage de qualité, face à la concurrence étrangère. C'est la reconnaissance d'un terroir. La demande est nettement supérieure à l'offre.

La figue est un produit tendance à la cuisine. Sucrée, juteuse, elle accompagnera ce midi un foie gras poêlé, et son blinis à la mode provençale.

Ça va apporter le craquant au blinis et il y a la douceur de la figue.

Le chef va faire rôtir quelques figues.

On va prendre du laurier qui va relever les figues. On va y mettre très peu de miel, avant de les passer au four pendant 6 minutes à 180 degrés.

Le foie gras est poêlé tout simplement. Dans l'assiette, la figue n'a pas besoin d'artifices.

Ces produits simples n'ont pas besoin de trop de travail. Il y a du craquant, du moelleux, du sucre. C'est un produit magique.

La figue, star de nos petits plats. Un parfum de Provence pour commencer l'automne.

Notre feuilleton maintenant. Cette semaine on va vous emmener sur l'Ile de Groix, dans le Morbihan. C'est aussi le pays de la godille, cette drôle de rame utilisée à l'extrémité des barques. Les pêcheurs ne sont plus très nombreux à l'utiliser, mais une compétition vient d'être organisée. Toutes les générations se sont retrouvées pour "godiller" en coeur.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==