Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo 13h15. Bouglione : la famille doit tout aux animaux

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
13h15 le samedi. Bouglione : "Une famille qui doit tout aux animaux"
Article rédigé par
France Télévisions

Le premier des Bouglione était un montreur d'ours arrivé d'Italie au XVIIIe siècle. En 1924, les quatre frères Bouglione font de leur ménagerie d'animaux exotiques un véritable cirque qui va connaître un immense succès et une renommée mondiale. Extrait de "13h15 le dimanche" du 20 décembre.

Avec son éternel chapeau de cow-boy vissé sur la tête, Joseph Bouglione, disparu en 1987, caresse ses tigres comme s'il s'agissait de gros matous. A 77 ans, le mari de la matriarche Rosa, bientôt 105 ans et toujours l'œil vif dans les coulisses, ne pouvait s'empêcher de revenir voir ses animaux. Pourquoi ? "Parce que ça m'amuse..."

"C'est la ménagerie, la cavalerie, les éléphants qui font le cirque. Ça plaît beaucoup aux enfants qui aiment voir travailler les animaux", affirmait sur des images d'archives l'un des quatre frères Bouglione. En 1924, ils ont fait de leur capital animalier un authentique cirque.

"Une idée de génie"

Francesco Bouglione, petit-fils de Joseph, aime rappeler les origines de la dynastie. Le premier des Bouglione était un gitan montreur d'ours venu d'Italie au XVIIIe siècle. Ses descendants ont donc suivi sa trace en pariant sur les animaux exotiques pour épater le public.

"Fauves, éléphants, girafes, hippopotames, rhinocéros... Tous les animaux que l'on ne voyait pas dans un zoo ou dans la presse, mais seulement en dessins, étaient visibles au cirque Bouglione sur la piste. C'était leur idée de génie", affirme l'actuel directeur de l'entreprise familiale. Ses ancêtres ont ainsi connu un immense succès et la fortune grâce à leurs bêtes de cirque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.