Boucher agressé à Paris : les antispécistes pointés du doigt

Une boucherie bio de Paris a été saccagée durant le week-end des 4 et 5 mai. Le commerce a rouvert mardi 7 mai. Ses agresseurs vont être jugés en comparution immédiate. Le boucher ne comprend toujours pas ce déchaînement de violence.

FRANCE 3

Traumatisé, il a pourtant décidé de reprendre le travail mardi 7 mai au matin. C'est dans sa boucherie parisienne, qu'il a vu débarquer, samedi 4 mai, une petite vingtaine de militants vegans, visiblement déterminés. L'action menée par l'association 269 Life France a été filmée et postée sur Facebook. Les militants demandent justice pour les animaux. Un liquide rouge a été répandu au sol et sur toute la vitrine du boucher. Du faux sang, un colorant végétal, selon les militants.

Plus de 50 commerces visés

Stevens Kissouna a dû jeter une partie de sa marchandise. Mardi matin, son étal était quasiment vide et ses clients désemparés. Chez ses collègues aussi, c'est la consternation. Ces derniers mois, les actes de vandalisme se multiplient. À Lille (Nord) et à Angers (Maine-et-Loire), c'est en pleine nuit que des boutiques ont été caillassées, taguées. Plus de 50 commerces ont été visés. Les professionnels redoutent une nouvelle escalade.


L'association 269 Life France revendique ce type d'action, car pour elle, la violence vient des bouchers, qu'elle considère comme des meurtriers. Ces militants nient avoir frappé le commerçant du marché parisien. Poursuivis pour violences et dégradations en réunion, deux membres de l'association sont au tribunal mardi soir. Ils doivent être jugés en comparution immédiate. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une militante antispéciste manifeste devant une boucherie, à Paris, le 22 septembre 2018.
Une militante antispéciste manifeste devant une boucherie, à Paris, le 22 septembre 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)